APF-33 L'objectif du rapport de Marie Deschamps:

la féminisation de l'armée

 

 

 HOMME

D'AUJOURD'HUI

accueil

 

 

En effet, cette ex-juge a rédigé un «rapport  accablant» sur l’inconduite sexuelle dans l’armée.  Ce document est un chef d’œuvre de la rouerie féministe. Suivez attentivement le déroulement de l’argumentation qui conduit directement à la féminisation  de l’armée mais de manière détournée comme c’est la pratique. Comme nous n’avons pas eu accès au rapport  nous nous fions au compte-rendu de la Presse canadienne. 1

Le préambule

«Le temps est venu pour les Forces armées canadiennes (FAC) de s'attaquer sérieusement à la culture de sexualisation «propice aux incidents graves» et «hostile» aux femmes et aux homosexuels qui règne au sein de ses rangs… Le rapport souligne à gros traits la culture du secret entretenue par les hauts gradés. Les militaires sont peu portés à signaler les cas d'inconduite sexuelle dans un contexte où «bon nombre pensent qu'il est permis de voir le corps des femmes comme un objet, de faire des blagues non sollicitées et blessantes à propos de relations sexuelles avec des femmes militaires», est-il écrit dans le document. Cette réticence à dénoncer le harcèlement sexuel ou les agressions sexuelles est exacerbée par le fait que la chaîne de commandement «ignore» ou «tolère» ce type de comportement inapproprié, explique l'ex-juge Deschamps. Au fil des quelque 700 entrevues réalisées entre juillet et décembre 2014, il est ainsi devenu «rapidement évident» qu'un pourcentage élevé de cas de harcèlement sexuel et d'agression sexuelle ne sont pas signalés, peut-on lire dans le rapport. Quand les victimes présumées brisent le silence, elles se butent à des procédures administratives trop longues et trop lourdes, au cours desquelles elles doivent parfois confronter la personne qui les a harcelées. Et quand une plainte de harcèlement sexuel est considérée comme étant légitime, la sanction imposée au coupable semblait «dérisoire» et «inefficace» — une «tape sur les doigts», écrit Marie Deschamps, à qui le chef d'état-major de la défense, le général Tom Lawson, avait confié le mandat de mener l'enquête. Il existe bien des programmes de formation obligatoire sur les comportements sexuels interdits. Mais dans la pratique, ils ne semblent pas avoir grand effet — et les personnes qui les prodiguent «sont souvent complices des comportements interdits», souligne-t-on dans le rapport. Les FAC doivent donc donner un sérieux coup de barre afin de corriger la situation.

Dix recommandations sont contenues dans le document, qui compte près de 90 pages. Parmi celles-ci, la création d'un organisme externe chargé de recueillir les signalements, la simplification du processus de traitement des plaintes et une révision des définitions associées à l'inconduite sexuelle. Le rapport suggère aussi de permettre aux victimes d'agression sexuelle de demander un transfert de leur plainte aux autorités civiles .Les huit autres, qui sont plus concrètes, sont «acceptées en principe».

Nous attirons l’attention  ce qui nous paraît être la solution privilégiée par le rapport .

«Elles (les Forces armées canadiennes) pourront notamment parvenir à changer la «culture de sexualisation» qui règne en améliorant l'intégration des femmes, entre autres parmi les militaires occupant un poste d'officier supérieur.» Car «il y a un lien indéniable entre l'existence d'une culture organisationnelle hostile, caractérisée par le manque de respect envers les femmes et leur dénigrement, et l'intégration peu réussie des femmes au sein de l'organisation», précise-t-on dans le rapport Deschamps.

 

Commentaires

1-Au départ, il n’y pas de mise en contexte.  Apparemment, Mme la juge n’a pas estimé nécessaire de rappeler que, de mémoire d’homme, l’armée, dans tous les pays du monde, a été une organisation strictement  masculine tout simplement parce que les tâches à accomplir font appel aux aptitudes et qualités masculines.

2- Elle n’a pas jugé utile non plus de préciser que  les femmes soldates n’ont jamais été au combat sur les lignes de front  avant les deux grandes guerres mondiales  et que la question de leur présence dans les forces armées ailleurs que dans les services administratifs ne s’est posée réellement, depuis lors, que parce que, ironiquement, nous  avons vécu une ère de paix, troublée par quelques escarmouches régionales, et parce que le  mouvement féministe y a trouvé un autre motif à indignation.

3- En effet, aujourd’hui, il est  impératif de présenter les femmes qui sont maintenant admises dans l’armée comme de pauvres victimes même si elles n’y ont jamais été  conscrites et que des milliers d’autres emplois s’offrent à elles dans la vie civile. Denise Bombardier se joint à la procession pour dénoncer ce qu’elle déclare être la perception  masculine : «N’affirme-t-on pas dans les rangs qu’une femme s’engage dans l’armée «pour se trouver un homme,  quitter un homme ou devenir un homme» .Qu’ajouter à cela »,2 . Toutefois, elle ne donne aucune preuve que les femmes possèdent les mêmes prérequis : la  force, le courage physique et mental, le goût du combat, la fascination  pour les armes et l’armada de guerre». Elle ne donne aucune statistique prouvant  que les agressions sexuelles sont plus nombreuses dans l’armée que dans la vie civile.

4- Mme Bombardier ne prend pas la  peine non plus d’observer qu’encore aujourd’hui, toutes  les armées du monde, y compris la soi-disant avant-gardiste armée israélienne, imposent diverses restrictions à la participation des femmes soit en termes de nombre, soit en termes d’affectation, notamment la ligne de front, les sous-marins. 3

5- Mesdames  Deschamps et Bombardier n’ont pas considéré qu’il serait très difficile aux commandants de diriger une attaque par  des effectifs mixtes, plus intéressés à leurs partenaires qu’à l’atteinte de l’objectif. On n’a qu’à voir ce qui se produit lorsque un policier et une policière font un ronde ensemble dans une voiture  ou encore dans certains bureaux d’entreprises privées lors «de divers congrès et partys » pour comprendre qu’il est ridicule de ne mettre en cause que le  cadre militaire et le comportement des hommes seulement.

6- Il faudrait demander à  Simone de Beauvoir de  rédiger le règlement sur le retrait préventif de la soldate enceinte, les toilettes distinctes, les  congés relatifs aux menstruations et au post-partum,  sur le maquillage approprié, sur l’allègement des mitraillettes et du sac-à-dos, sur la réduction de la difficulté des exercices physiques, la non-obligation  pour la soldate de transporter son collègue blessé sur son dos…   

7- Les choses étant ce qu’elles sont, il y aura certainement,  un  jour, une demande pour que pour que l'on reconnaisse convenablement la contribution des «autres genres »,  par un beau «rappel en couleur », sur les  engins de guerre comme celui qui est illustré ci-contre   On pourrait même  leur fixer une banderole avec cette inscription : «La guerre la guerre, la guerre c’est pas, une raison de se faire mal », cette célèbre répartie de La guerre des tuques

 

8- Plus sérieusement, le rapport suggère aussi de permettre aux victimes d'agression sexuelle dans l’armée de demander un transfert de leur plainte aux autorités civiles. On peut penser que si les cours civiles sont déclarées aptes à entendre les causes sur les comportements sexuels dans l’armée nous assisterons à de nombreux procès du genre de celui qui a été intenté contre l’adjudant André Gagnon par la caporale Stéphanie Raymond. Dans cette affaire, la caporale Raymond Le Colonel  Drapeau qui a pris la défense de Stéphanie Raymond avait argué que le jury devait être mixte parce que l’armée est composée à  95% d’hommes et que cela devrait  être le cas dans tous procès où les parties sont un homme et une femme  Il convient de rappeler les faits de cette  affaire. L'adjudant André Gagnon a été accusé, en cour martiale, d’avoir   agressé la caporale Stéphanie Raymond. À la suite d’une soirée bien  arrosée ils s’étaient rendus tous les deux au manège militaire où elle s’était assise sur «son membre.»Il lui avait caressé les seins et tenté de la pénétrer. Elle lui paraissait consentante jusqu'à ce qu'elle lui signifie  d’arrêter et il avait alors cessé ses manœuvres.  Rendue  à la maison elle a fait parvenir un  texto à une copine ;« le cul mène le monde pas à peu près» . La cour martiale a acquitté Gagnon. Raymond a ensuite  quitté l’armée et la cause a été portée en appel. Mais avant même  que cet appel soit entendu le Chef d’état-major de la Défense, Tom  Lawson a: (1)  présenté des excuses à  Stéphanie Raymond, (2) effacé la réprimande à son dossier, (3) recommandé qu’une compensation financière de 85,000$  lui soit versée, (4)  accordé une promotion (caporale chef) et une médaille  à Raymond et (5)   institué une  commission d’enquête sur le comportement des supérieurs de Raymond (Journal de Québec 20 déc. 2014 p.7) Nouvelle recyclée le J. de Q. 28 janvier p.11)

Surprise ! la  caporal-chef appuie le rapport Deschamps4 .

 Avec un  tel précédent, il est clair que la Loto 6/49 n' a plus aucun intérêt pour les soldates.  

 9 -Concrètement, si l'on donne suite à cette recommandation de M. Drapeau ne serait-il pas aussi impératif que cette règle s’applique aussi  quand les parties sont de confessions religieuses, de races, de langues et d’orientations sexuelles  différentes ou d’âge  et de statut social différents ? On se plaindra ensuite des lenteurs de la justice    

10-  Enfin, l’argument de fond du rapport Deschamps. Pour éviter les agressions sexuelles dans l’armée il faut nommer plus de femmes aux postes supérieurs. Autrement dit c’est la présence de présence de femmes aux postes supérieurs qui va faire en sorte que la justice sera rendue aux femmes. Logiquement cela signifie aussi que cette même présence va faire en sorte que ce sont les hommes qui vont être victimes du nouvel encadrement car on prend pour acquis que les nouvelles gradées leur seront  antipathiques, défavorables, voir hostiles pour compenser l'hostilité des gradés envers les femmes. Nous aurons donc une impasse dans un tribunal mixte.

Autre conséquence, normalement, on devrait rapidement déplorer  une baisse dans le recrutement des jeunes hommes et l’accentuation  de la féminisation de l’armée. Tout çà parce que l’on n’a pas le courage de reconnaître que les hommes étant au pouvoir ce sont eux qui, finalement, ont mis fin à l'incapacité juridique des femmes, que même avant 1964 ils se sont fait un point d'honneur  de défendre la veuve et l’orphelin et qu’encore aujourd’hui les tribunaux  sont  généralement moins sévères envers les femmes qu’envers les hommes.

11-Le rapport Deschamps recommande donc une remarquable nouvelle mesure de discrimination positive; bientôt  nous aurons les quotas de générales, de colonelles, de lieutenantes et de caporales-chefs. C’est tellement moins fatiguant que de gagner ses galons Il faut voir ce qui se produit quand une femme est nommée à la direction supérieure d’un organisme. En peu de temps, comme par hasard le personnel se féminise…en toute égalité de fait. On peut consulter à ce sujet, par exemple,  le PDF ci-dessous qui porte sur l’organisation de la CSST5. Il s’agit de l’organisme qui est chargé de l’indemnisation des victimes des accidents de travail, lesquelles sont  des hommes à 89 %   On constate que, sous la vice-présidente des opérations, Josée Dupont, il y a 

Au siège social :

3 Directions Générales --  3 femmes aucun homme   

16 Chefs de services – 13  femmes 3 hommes  

Total 17 femmes --3 hommes

En région  

21 Directions régionales -- 13 femmes   8 hommes

86 Chefs de services régionaux 40 femmes 46 hommes

Total 53e femmes 54 hommes

 

Grand total 70 femmes 57 hommes

 

12- Le  mouvement féministe a obtenu une loi qui interdisait aux tavernes de ne pas accepter  la présence des femmes (1986) parce que  ces lieux de rencontres masculins discriminaient, de ce fait,  contre les femmes. Dix ans plus tard, le parlement adoptait la Loi sur l’équité salariale qui accordait aux femmes le même salaire que celui qui était payé aux hommes qui étaient le mieux rémunérés dans des catégories d’emploi jugées équivalentes et ce, tant  dans le secteur privé que public, en plus de la sécurité d'emploi. L’égalité salariale  était déjà acquise pour un travail égal  mais non pour un travail «équivalent» !!! Puis, il  a obtenu (2001) qu’«à compétence égale» les femmes soient embauchées et promues de préférence aux hommes dans les organismes des secteurs public et parapublic parce que cela aurait pris  des dizaines d’années avant que l’égalité de fait soit atteinte. Tout cela avec la bénédiction de la Charte.

Aujourd’hui, les clubs de golf, autre lieu masculin,  périclitent parce que les nouveaux pères ne peuvent  plus s’absenter 4 heures de la maison en fin de semaine parce qu’autrement leur contribution aux tâches familiales serait  inéquitable. Il indiffère que l’on paye 2 milliards$ annuellement pour entretenir des garderies qui permettent aux mères de caser le poupon de manière à pouvoir se rendre au bureau . Il indiffère aussi que toutes ces mesures n’aient fait qu’élever le taux de divortialité et d’avortements,  abaisser les taux de nuptialité, de natalité et de fécondité tout en produisant un  nombre accru d’enfants perturbés et de personnes vivant seules, des phénomènes qui se conjuguent pour conduire à la disparition prochaine de la société québécoise. 

Le dernier bastion, l’armée, doit être maintenant dirigée par des femmes pour éviter que les soldates soient agressées sexuellement ou que les auteurs des agressions soient punis sévèrement, un raisonnement de casserole.

 Mais ce  mouvement atteint son apogée lorsqu'en mai 2015 il commande une manifestation contre les mesures d'austérité du gouvernement Couillard parce que les femmes en sont les principales victimes étant donné qu'elles occupent la grande majorité des emplois dans les secteur public et parapublic. Il faut le faire.

Comme personne ne souligne ces échecs  il  poursuit  sa  croisade stupide  . 

,__

(1)http://www.msn.com/fr-ca/actualites/quebec-canada/inconduite-sexuelle-dans-larm%c3%a 9erapport-accablant/ar-BBiWPNa?ocid=iehp

Le rapport Deschamps a été commandé après que le magazine L'actualité eut publié des reportages explosifs qui concluaient que les cas d'agressions sexuelles dans l'armée atteignaient aujourd'hui une fréquence sans précédent.

(2) «L’armée réservée aux hommes » , Les femmes subissent un machisme systématique de la part de leurs confrères et de leurs supérieurs .Les femmes ne sont pas bienvenues Journal de Québec 2 mai 2015 p.18

(3) «Quelle place pour les femmes dans l’armée»

 http://www.slate.fr/story/50257/femmes-soldat-armee-position-guerre

«États-Unis Le Pentagone a fait les gros titres en février 2012 en annonçant que plus de postes de combat seraient ouverts aux femmes dans l’armée américaine. Parmi ces 14.000 postes, des postes de mécanicien de chars d’assaut et des agents de renseignement de front. Mais environ un cinquième des postes militaires de service actif, notamment dans l’infanterie, les unités de chars d’assaut, et les unités commando d’opérations spéciales, resteront inaccessibles.

L’Australie a rejoint cette liste en septembre 2011 quand elle a ouvert aux femmes des unités de première ligne, et notamment un grand contingent en Afghanistan.    

Quelques autres pays pourraient aussi être ajoutés à cette liste. La Corée du Sud a commencé à ouvrir à des femmes d’autres postes sur le front, notamment dans l’artillerie et les divisions blindées. Des femmes ont combattu dans l'armée d'Erythrée depuis sa guerre d'indépendance en Ethiopie en 1991 (à un moment donné, elles représentaient 30% des forces armées du pays) et elles sont tenues comme les hommes d'effectuer un an et demi de service militaire.

Des femmes ont également effectué des vols comme pilotes de combat pour la Grande-Bretagne, le Pakistan, la Serbie, l’Afrique du sud, les États-Unis, et d’autres

Même parmi les Etats identifiés dans le rapport du ministère de la Défense, des restrictions subsistent. Les Néerlandaises ne peuvent par exemple pas servir dans les sous-marins et les unités marines. En France, les sous-marins et les unités de gendarmerie mobile sont toujours interdits aux femmes. Et même si l’armée de terre française est en théorie ouverte aux femmes, dans la pratique, celles-ci ne constituent qu'1,7% des troupes de combat.

En Israël, pays bien connu pour être l’un des rares où les femmes effectuent un service militaire, les choses changent. Rick Santorum a cité Israël comme un pays qui n’autorise pas les femmes au front en raison de l’effet psychologique que leur présence provoque sur les hommes. Au total, seulement 12% des postes dans l’armée israélienne sont interdits aux femmes, en particulier dans l’infanterie et les unités de blindés. Avec les années, de plus en plus de postes de sont ouverts, bien que des rapports existent, qui montrent que les forces de défense israéliennes refuseraient parfois aux femmes l’accès à des unités auxquelles elles ont légalement le droit d’être intégrées ou les mettraient sur le côté pendant des situations de combat. Les femmes constituent seulement 33% des forces de défense israéliennes en raison d’une durée du service plus courte et d’un système d’exemption plus permissif pour les femmes juives les plus pratiquantes.

Même dans les pays où il n’existe pas de restrictions, la participation des femmes aux combats est relativement rare. Au Canada par exemple, 17% des soldats sont des femmes mais elles constituent seulement 3,8% des troupes de combat. Aucune femme n’a à ce jour réussi à intégrer l’unité d’élite anti-terroriste du Canada, qui demande un degré extrêmement élevé de condition physique.

Parmi les armées les plus puissantes au monde, celle des Etats-Unis est relativement progressiste. L’armée chinoise, la plus importante en nombre de soldats, autorise les femmes uniquement dans des missions de soutien, et a été critiquée pour avoir réclamé dans le cadre du processus de sélection que des recrues féminines  possèdent un talent tel que le chant ou la danse (au cas où vous vous demanderiez d’où venaient ces soldats vêtues de rose, aux grandes bottes à talon).

L’armée indienne n’a qu’une poignée de femmes, surtout présentes dans des missions de soutien, et ne leur permet pas de mener une carrière longue. 

La Russie a une longue histoire de femmes combattantes, notamment celle du «bataillon féminin de la mort» pendant la révolution de 1917 et de Lyudmila Pavlichenko, un des plus grands tireurs d’élite de la Seconde Guerre mondiale, mais aujourd’hui, les femmes ne sont pas tenues d’effectuer de service militaire. Les femmes volontaires constituent 3% de l’armée russe, surtout à des postes de soutien et dans les bureaux, même si le concours de beauté annuel de Miss Armée russe, n’est pas ce qu’on peut appeler un signe de respect pour leur rôle.

Malheureusement, quelle que soit la politique d’un pays en ce qui concerne le rôle des femmes dans ses armées, une constante, du Canada aux Etats-Unis, en passant par l’Australie et la Suède, demeure l’importance du harcèlement et des agressions sexuelles dans les camps militaires. Tandis que les femmes-soldats, dans le monde entier, bravent les mêmes dangers que leurs homologues masculins, elles font toujours face à un type de risque qui leur est propre, de la part de leurs propres camarades.»

Comment ce journaliste, Joshua Keating, peut-il écrire que les femmes bravent les mêmes dangers alors qu’il ne démontre pas que les femmes harcelées  font partie du 1 à 4%  qui se trouvent en zone de combats.  Nous avons plutôt le sentiment qu’elles sont affectées aux services administratifs

(4)http://www.msn.com/fr-ca/actualites/quebec-canada/ inconduites- sexuelles-dans-larmée-stéphanie-raymond-appuie-le-rapport-deschamps/ar-BBiZXy3

(5)   http://www.csst.qc.ca/publications/200/Documents/DC200_1047_6web.pdf