E-6 (17) --Au Québec, la  philanthropie, en matière de bourses d'études universitaires, est sexiste . Ci-dessous les efforts que j'ai consacrés  à tenter de faire corriger cette injustice ...sans succès. Le besoin  urgent d'une relève

 

 HOMME

D'AUJOURD'HUI

accueil

 

 

A- Démarches entreprises auprès de trois établissements universitaires pour qu'ils accordent une bourse d'études réservée exclusivement aux étudiants de sexe masculin de manière à tenter d'équilibrer - un tant soit peu-- les nombreuses bourses accordées exclusivement  aux étudiantes .

A- 1- Soumission  en mai 2012   au Directeur général de l'ÉNAP, Nelson Michaud,  d'un  projet de  bourse d'études en faveur d'un étudiant de sexe masculin. Refus le 10 janvier 2014. Motif, selon l'avis (jamais divulgué) du conseiller juridique Martin Hudon, cette discrimination positive  serait contraire à la Charte, sans plus.

A-2- Soumission le 27 février 2014, à Claude Parent, directeur  au développement philanthropique à la Fondation de l'Université Laval, Lise Moreau,  directrice au développement philanthropique  à la Faculté des sciences sociales  de l'Université Laval d'un projet similaire. Acceptation du Protocole de don par toutes les instances officielles et invitation à la soirée des «Grands donateurs». Résiliation du Protocole par L'UL. Après une mise en demeure d'expliquer ce geste  Mme Monique Richer, secrétaire générale de l' Université Laval,  fournit, le 6 mai 2016, le motif suivant :  il s'agirait d'un  acte de discrimination positive  contraire à la Charte parce que les étudiants de sexe masculin  seraient  majoritaires dans le programme d'études visé par la bourse,  selon l'avis (jamais divulgué) du conseiller juridique, Marc Lajoie .

A-3- Soumission à Hélène Véronneau,  Directrice des dons majeurs et planifiés  du Bureau de développement et des relations avec les diplômés (BDRD ) de  l'Université de Montréal, d'un projet similaire le 5 décembre 2016 . Le  31 janvier 2017, Mme Véronneau explique le motif du refus ainsi: «à cause des conditions  attachées », mais sans préciser lesquelles.   

000

B- Développement d'un  argumentaire  démontrant   le caractère erroné  et malveillant de l'interprétation de la Charte des droits par ces universités. La méconnaissance abyssale du fonctionnement de la Charte des droits de ces institutions entraîne une application incohérente et injuste des  soi-disant règles régissant les Fonds de bourses d'études. Leur ignorance volontaire mais incompréhensible de l'évolution  qu'a connue  la société québécoise depuis les années 1960 justement dans le secteur de l'éducation  et dans celui de l'administration publique, une évolution  qui a été nettement favorable aux femmes .

000

C- Plaintes déposées  auprès de Mme Hélène Richard, l'Ombudsman de l'Université Laval (6 septembre 2016) et auprès de Jacinthe Gagné, technicienne principale l'accueil et  à l'évaluation à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (10 février 2017).

Les deux plaintes sont rejetées. La première (17 septembre 2016) parce que «je ne  faisais pas partie de la communauté universitaire ». La seconde (21 février 2017) parce que je n'ai pas «l'intérêt suffisant» car «je ne suis pas un étudiant (masculin) auquel on aurait refusé une bourses réservée aux étudiantes» ???

000

D- Conduite de recherches sur les différents aspects  du problème

- Examen des registres des bourses des universités québécoises pour connaître les objectifs, les modes de financement, les bénéficiaires selon les programmes et domaines d'études, le nature de la sanction académique, le sexe des bénéficiaires et le caractère mixte ou exclusif de l'octroi.  

- Analyse des statistiques du ministère de l'Éducation pour connaître le taux de présence et de diplômation des étudiants selon le sexe, dans les divers domaines d'études, le taux de décrochage scolaire .

- Analyse des statistiques du Conseil du trésor pour connaître le taux de présence des hommes et des femmes dans les secteurs public et parapublic.  

000

E- Sensibilisation  des médias écrits et parlés

1- Transmission de documentation   à  Katherine Lamontagne, du  Journal de Québec qui a publié des articles   les 3 ,6, et 16 août et 26 novembre 2016.  

2- Entrevues accordées aux stations de radios FM93.3  Éric Duhaime et Bernard Drainville( 5 et 15 août 2016 et  mars  2017)-  Boul.1021 Stéphane Gasse (17 août 2016 ) 98,1   Stéphane Gendron  (17août 2016 ).

3- Publication d'annonces dans le Journal de Québec  relatant les principaux enjeux des bourses d'études universitaires et invitant les personnes concernées à prendre le relais  du 28 au 31 mars 2017.

Annonce -1- Les faits.. JdeQ 28 mars 2017 p.13.jpg

Annonce -2- Les raisons pour lesquelles..  JdeQ 29 mars 2017 p. 31.jpg

Annonce -3 -Les raisons pour lesquelles..  JdeQ 30 mars 20107.jpg

Annonce - 4-  Questions à poser..  JdeQ 31 mars 2017 p. 21.jpg

000

F- Frais encourus personnellement  

-- Près de 3 000 $ de frais juridiques simplement  pour me prendre connaissance  des raisons qui avaient amené l'Université  Laval à décider de résilier l'entente que ses représentants officiels avaient bel et bien signée auparavant.

- Plus 2 500.$ pour 4 annonces dans le Journal de Québec, (à des conditions avantageuses)  relatant les principaux enjeux des bourses d'études universitaires et invitant les personnes concernées à prendre le relais .   

 

 G- Description détaillée des chacune des démarches sur le site «hommedaujourdhui .ca »

000

Je crois que j'ai fait ma part , au cours des cinq dernières  années, pour démasquer ce «complot» sexiste des universités québécoises et prouver leur mauvaise foi dans le dossier des bourses d'études .   Il me semble que les principaux concernés pourraient aussi faire  maintenant la leur.