Fd'70 Plus de femmes en politique ? Comme si celle-ci ne nous rendait pas déjà assez sceptiques. (révisé) 

 

 

HOMME

D'AUJOURD'HUI

accueil

 

 

1. Quelques exemples récents

 

1.1  Louise Mailloux, candidate péquiste dans Gouin, est l’auteure de deux ouvrages sur la laïcité, Elle enseigne la philosophie au cégep du Vieux-Montréal depuis 1980  Dans son ouvrage «La Laïcité, ça s'impose!» publié en 2011, elle a comparé le baptême chrétien et la circoncision des jeunes juifs et musulmans à un viol1.

Une pétition en soutien à Louise Mailloux a été mise en ligne mardi à l'initiative du SPQ-Libre, selon qui la candidate péquiste est «une auteure et une polémiste de talent» doublée d'une «patriote» à «l'avant-garde du combat féministe». 2 Pauline Marois a refusé de condamner ses propos, elle les respecte. Mais, depuis lors, Louise Mailloux s’est excusée auprès de ceux qu’elle aurait pu offenser.3  Mailloux se présente contre Françoise David la co-porte-parole de Québec solidaire, parti féministe.  4

Commentaires

a) Ces pensées profondes ne doivent pas étonner puisque, pour une féministe d’avant-garde, même l’accouplement entre un homme et une femme constitue un viol de cette dernière. Il est clair qu’avec l’élection de plusieurs féministes nous allons nous bâtir une nation forte et un solide État indépendant,  composés essentiellement d’homosexuels.   

b) On est en droit de se demander quel crime les électeurs de Gouin  ont-ils bien  pu commettre pour devoir choisir notamment entre  Mailloux et David.  

____

(1) http://ruemasson.com/?p=25572

(2) http://fr-ca.actualites.yahoo.com/louise-mailloux-pétition-en-sa-faveur-en-ligne-145839625.html

(3) http://www.ledevoir.com/politique/quebec/402677/circoncision-et-viol-marois-refuse-de-condamner-les-propos-de-sa-candidate

(4) Le  Journal de Québec 16 mars 2014 p.7

000

1.2- Audrey Croteau, 24 ans, une attachée de presse de Denise Trudel, depuis 2 ans  la députée sortante de Charlesbourg pour la CAQ, a fait part de ses pratiques sexuelles à une émission  de radio des Justiciers masqués (CKOI.102.1-Québec)Elle a révélé qu’elle : a déjà embrassé une fille; porte des sous-vêtements rouges; va une fois par mois dans une boutique érotique et qu’elle a deux jouets sexuels. Elle a été remerciée de ses services pour manque de jugement.

 Forcément, le lendemain un certain Yanick Farmer, professeur spécialisé en éthique de la communication à l'Université du Québec à Montréal, considérait que la mesure était excessive «parce qu'elle n a pas tenu des propos racistes, illégaux ou violents » (J.de Québec 20 mars 2014 p.23) .

Puis, une Véronyque (sic)Tremblay écrivait qu'il s'agissait d'un poids deux mesures puisque ce parti n'avait pas demandé la démission  du candidat dans Rimouski Steven Fleurent, 21 ans, qui avait placé sur Facebook, deux ans auparavant, une photo de lui assis nu sur la toilette. Le parti lui a ordonné de retirer la photo. Pour Tremblay «La CAQ accepte moins les écarts des femmes que des hommes» (J.de Q. 22 mars 2014 p.21)    

Commentaires

a) Un militante féministe péquiste est  plus facilement pardonnée quand elle critique les pratiques religieuses des hommes hétérosexuels qu’une militante caquiste qui révèle ses pratiques sexuelles plutôt ambigües. Le manque de jugement de Croteau c’est d’avoir dit qu’elle travaillait pour un parti politique, le manque de jugement de Mailloux c’est d’avoir dit ce qu’elle pensait.   

b) À n’en pas douter voilà des preuves que la religion traditionnelle n'a plus l'ascendant qu'elle avait, du moins sur les jeunes.  

c) L'excuse de Fleurent est qu'il a négligé de revisiter  son site Facebook après avoir décidé de se lancer en politique, donc erreur par omission, non délibérée. Certains on voulu excuser Audrey en faisant remarquer qu'elle est représentative de sa génération très portée sur l'exhibitionnisme et «l'héroicisme».

Cela dit, il n’en reste pas  moins que pour ces jeunes il y a maintenant une  nouvelle religion appelée  Facebook, dont le premier article de foi est:« le monde doit savoir qui je suis, ce que je fais à tout instant et ce que j'aime ».... je me brosse les dents, je monte l'escalier, je m'aime.  Il y a aussi tous ces films de super héros qui sauve des populations entières en supprimant quelques ogives nucléaires et de la super héroïne qui, avec ses 50 kilos et sa camisole  mouillée, bien échancrée, catapulte à 20 mètres un méchant joueur de ligne des  49 de San Francisco. Faute d'atteindre ce statut, on se contente d'être vu ou entendu.          

__

(1)Le journal de Québec, 18 mars 2014 p.6

000

1.3-Solange Cazeau, bénévole au local électoral du libéral de Viau, David Heurtel, a envoyé, au Jour 1 de la campagne électorale, un courriel aux militants libéraux dans lequel elle écrit : «Mme Marois, avec sa charte, prend  un détour subtil pour endormir, distraire les citoyens, semer la confusion, diviser pour régner, freiner notre liberté d'annoncer l'Évangile». «Elle commence par la croix pour atteindre notre foi. [...] La dictature s'en vient! Préparons-nous! La dictature s'en vient! Ce sera un Coup d'État subtil à notre foi. Demandons à Dieu le discernement pour prendre la bonne décision, voter pour la bonne personne».«C'est quelque chose qu'elle a fait sur son initiative personnelle. Quand on a appris qu'elle envoyait ce genre de courriels, on l'a tout de suite rencontrée et on lui a demandé de cesser de faire ce genre de sollicitation», a assuré le candidat libéral,-(…) Selon lui, la charte des valeurs du ministre Bernard Drainville n’est pas étrangère au geste très «émotif» de la militante libérale Solange Cazeau est toujours bénévole au local électoral libéral de Viau». 1

Commentaires

a) Comme c’est souvent le cas en politique il suffit d’affirmer une chose pour que son contraire apparaisse immédiatement. La religion est toujours bien présente. Cela dit, si le parti libéral qui embauche Cazeau n’a pas jugé son courriel ne constituait pas un manque de jugement  c’est parce qu’il allait dans le  sens de sa critique de la Charte de la laïcité.

b) L’ennui est qu’il y a déjà au moins une centaine d’année que les démocraties occidentales ont convenu que la séparation de l’Église et de l’État était désirable pour favoriser une meilleure intégration des diverses composantes de la société.    

 __

(1)Le Journal de Québec 18 mars 2014, p. 9

000

 1.4-Martine Desjardins, ex- présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec, porteuse de  carré rouge et tapeuse de casserole, devenue, en retour d'ascenseur, candidate du Parti Québécois dans Groulx,  s'est offusquée d'une déclaration de François Blais, ex-doyen de la Faculté des sciences sociales de l'Université Laval, candidat libéral dans Charlesbourg, faite  à l'issue d'un débat  portant sur l'enseignement supérieur et organisé par «L'Association des étudiantes (sic) et étudiants de Laval inscrits aux études supérieures (AELIES)»1 

Il a déclaré «Ne faites pas comme Martine Desjardins, finissez vos études ».  Mme Desjardins, qui a un baccalauréat  enseignement et une maîtrise en sciences de l'éducation ((Sherbrooke), poursuivait des études de doctorat dans le même domaine à l'UQAM mais elle a renoncé à rédiger sa thèse pour diriger (avec Nadeau-Dubois et Bureau-Blouin) le mouvement étudiant qui  s'est opposé à la hausse des frais de scolarité mise de l'avant par le gouvernement Charest ,notamment en fracassant des vitres à plusieurs endroits,  en provoquant les forces policières et en empêchant  les étudiants qui le désiraient d'assister à leurs cours.

 Elle considère:

-- que les propos de Blais sont irrespectueux à l'égard de tous les Québécois qui ont choisi de ne pas entreprendre des études à  l'université » « C'est très méprisant de la part d'un universitaire »    

-- qu'en s'en prenant à elle il s'est aussi attaqué aux femmes qui sont toujours moins nombreuses que les hommes à poursuivre des études aux cycles supérieurs » 

Commentaires

a)  En une déclaration  Desjardins  vient d'anéantir ce qui restait de la sympathie dans la population à son endroit car elle  avait quand même réussi à  paraître  plus sensée que Nadeau-Dubois lors du printemps érable même si cela n'était pas vraiment très difficile.

b)  Martine Desjardins donne un exemple parfait de «mensonge éhonté» comme en disent trop de petits politiciens, à moins qu'elle ne sache pas lire ce qui serait encore pire pour une pédagogue.  Blais ne dénigrait en aucune manière ceux qui choisissent de ne pas «entreprendre» des études universitaires - il déplorait seulement que ceux que les ont entreprises ne les complètent pas, volontairement, comme  Martine Desjardins. Il est, en effet, ridicule d'investir tant d'efforts dans sa formation et de lâcher à la dernière étape.    

c)  Desjardins ne se rend pas compte qu'en faisant sa  petite crise féministe - «il y a toujours moins de femmes que d'hommes qui poursuivent des études universitaires » - elle  fournit elle-même une explication au phénomène qu'elle dénonce- les femmes n'ont pas le courage de poursuivre, contrairement aux hommes. 

d)  Quelqu'un pourrait-il  nous  expliquer pourquoi l'Association en question est celle des «étudiantes et des étudiants »  et non des étudiants et des étudiantes comme le veut la structure de la langue française.  Un autre démonstration que lorsque les filles sont en majorité elles n'ont rien de plus pressé que de montrer qu'elles mènent. L'explication ne peut pas être qu'il s'agit d'une formule de politesse comme dans le «Mesdames Messieurs»- car  dans tout dictionnaire le «d» vient avant le «s».   

e)  Il semble bien que, suite à leur défaite aux élections de mars 2014, Desjardins et Bureau-Blouin vont reprendre le chemin de l'université comme  le souhait François Blais 

__

(1) Le Soleil 26 mars 2014 p.8

000

1.5 Colette Roy-Laroche, mairesse de Lac Mégantic1

 La tragédie qu’a connue la municipalité  de Lac Mégantic a été largement publicisée. Son centre ville a été pulvérisé par une explosion de trains citernes qui a aussi tué 47 personnes. La compagnie de chemin de fer appartenait à une compagnie américaine ayant un assez mauvais dossier en matière de sécurité. En attendant le résultat des poursuites criminelles intentées contre cette entreprise, le gouvernement du Québec a versé une aide d’une vingtaine de millions de dollars pour lui permettre de se relever.  

La mairesse de cette municipalité a reçu de nombreux éloges pour le rôle qu’elle a joué après ces événements. Or, récemment, elle a jugé que ses efforts méritaient récompense et elle s’est votée, avec son conseil unanime, une hausse de salaire de 18,000 à 42 000$, et ses conseillers de 6 000 à 14,000$ rétroactive à juillet 2013. « Les élus auraient doublé leur temps de travail depuis la tragédie»;  

 

 

Commentaires

a) Ce que les gens admiraient  chez la mairesse c’était justement son dévouement remarquable, son travail sans relâche motivé par son seul souci de rendre service à sa communauté.

b) Nous convenons aisément que ces élus locaux ont du consacrer plus de temps aux affaires municipales qu’aux leurs mais s’accorder une hausse de salaire de 133% rétroactive, alors que plusieurs  citoyens n’ont plus d’emploi, ne donne pas nécessairement le bon signal car il est douteux que ce salaire sera diminué lorsque la vie aura repris son cours normal. Le versement d’une indemnité temporaire aurait été plus judicieux.  En d’autres termes, le jugement n’est peut-être pas sa force. 

 ___

(1) Le Journal de Québec 26 mars 2014 p. 31

                               000                                                        

Conclusion  

 a) Manifestement, l’entrée des femmes en politique nous change entre autres des traditionnels débats sur les conflits entre  «la gauche et la  droite», «le fédéralisme et le souverainisme ».

Cela dit, Il n’est pas apparent que cette entrée s’accompagne d’une amélioration  du discours électoral, des comportements  et des pratiques des personnes en cause.  

b)  Dans un tel contexte on peut se demander pour quelle raison le gouvernement subventionne-t-il, depuis des années, à la hauteur de 1 million par année, par le truchement du Secrétariat à la condition féminine le programme, «À égalité pour décider», qui vise à augmenter le nombre de femmes dans les postes électifs tel qu'il apparaît en 2.   

000

 2- À égalité pour décider1

« À égalité pour décider » est un programme d’aide financière qui vise à soutenir des projets qui ont pour but d'accroître le nombre de femmes dans les postes décisionnels et dans les lieux de pouvoir locaux et régionaux. Un de ses objectifs est de réduire les obstacles qui empêchent les femmes de participer pleinement à l’exercice du pouvoir, entre autres, en faisant la promotion de modèles et de comportements égalitaires.

Depuis sa création en 1999, le programme a financé plus de 420 projets soumis par des organismes locaux, régionaux, nationaux à but non lucratif et par des communautés autochtones pour la réalisation de projets porteurs de résultats axés vers l’action de terrain et le partenariat.

Les projets financés prennent en compte les orientations gouvernementales en matière d’égalité entre les femmes et les hommes et visent la réalisation de projets qui :

·        favorisent une socialisation non stéréotypée des femmes et des hommes, des filles et des garçons, de façon à encourager notamment la parité dans les instances décisionnelles;

·        suscitent l’action des instances visées en vue d’une répartition équitable des postes de décision de tous niveaux;

·        préparent et forment les femmes à occuper ces postes et à s’y maintenir.

 

Édition 2011-2014

Pour l’édition 2011-2014, les projets subventionnés ont été annoncés. Pour cette édition, 30 organismes ont obtenu un soutien financier pour la réalisation de projets pluriannuels. Ils se partageront au total une enveloppe de 3 millions de dollars sur 3 ans pour réaliser leurs engagements déposés dans le cadre de leur plan d’action triennal. Il est à noter que, puisque les projets pluriannuels ont été reçus et analysés en priorité, l’enveloppe budgétaire disponible pour des projets annuels et pluriannuels est épuisée. Il n’y aura donc pas d’appel de projets prochainement.

Documentation

 Exemples de projets admissibles

Les projets soumis dans le cadre du programme À égalité pour décider pourraient proposer, par exemple :

1. diverses actions de sensibilisation auprès d’instances pour qu’il y ait une prise de conscience de l’importance d’obtenir la parité de représentation au niveau de leurs conseils d’administration ou de leurs postes électifs;

2. une série d’activités d’information et de formation destinées à outiller les femmes quant aux modes de fonctionnement des instances dirigeantes ou à leur permettre d’acquérir les connaissances et les habiletés voulues;

3. une tournée de sensibilisation dans les écoles secondaires concernant l’impact des stéréotypes sexistes sur la présence des femmes dans les instances décisionnelles

Les organismes admissibles

􀁹 Les organismes locaux, régionaux ou nationaux, à but non lucratif, institués en vertu d’une loi du Québec, immatriculés par le Registraire des entreprises et auxquels un numéro d’entreprise du Québec (NEQ) a été attribué;

􀁹 Les communautés autochtones qui, à défaut d’être légalement constituées en organisme, sont parrainées par un organisme répondant aux critères formulés ci-dessus ou par un conseil de bande par lequel va transiter la subvention accordée, ainsi que le prévoit une entente conjointe;

􀁹 Les organismes locaux, régionaux et nationaux dont les activités se déroulent au Québec et contribuent à faire du partage du pouvoir entre les femmes et les hommes une réalité

 

L’aide financière

La répartition des crédits annuels du programme

Le programme dispose d’une enveloppe budgétaire de 1 M$ par année pour la période 2011-2012 à 2014-2015. Le montant sera réparti entre les projets pluriannuels et  annuels.

Le financement des projets

Le financement peut couvrir jusqu’à 80 % des coûts du projet, pour un maximum de 45 000 $ par projet. En conséquence, au moins 20 % des coûts du projet doivent être assumés par l’organisme ou d’autres partenaires, que ce soit par le financement ou la fourniture de services équivalents.

000

 Commentaires

Le fonctionnement de ce programme soulève des questions de grande  importance pour la société québécoise   

-1- Ce programme vise essentiellement à faire en sorte que des femmes deviennent aptes à occuper la moitié des postes décisionnels des instances décisionnelles  publiques. Non seulement il assiste à la formation des femmes en question mais il orchestre le lobbying auprès des instances et «répand» sa sensibilisation dans les écoles.   

 -2-Il n’existe aucun programme de même nature pour les hommes comme s’ils étaient tombés dans la potion magique à leur naissance.

Comment se fait-il qu’aucun gouvernement depuis l’an 2000 n’ait mis au point un programme semblable  pour les hommes ? Ne s’agit-il pas d’un exemple flagrant d’un «deux poids, deux mesures » que les féministes s’empressent pourtant de  dénoncer avec indignation lorsqu’elles en font les frais ?  Étonnamment, dans le cas présent, elles ne manifestent même  pas l’empathie qu’elles réclament habituellement de la part des hommes pour leurs propres causes.

-3- Le fait que le programme soit administré par  la Secrétariat à la condition  féminine nous informe qu’il est aussi animé par la pensée féministe dont la thèse centrale est à l’effet que les femmes sont victimes du système et des hommes qui le dirigent. Il est donc légitime de penser que les femmes formées par ce programme se préoccuperont essentiellement des intérêts des femmes. Il s’agit là d’un non sens dans une société qui se veut démocratique.

___

(1) http://www.scf.gouv.qc.ca/index.php?id=32