Fd'75 Richard Martineau  le rose bonbon du  mois

 

 HOMME

D'AUJOURD'HUI

accueil

 

Dans sa chronique «Le bingo de la justice»1 Martineau s’est indigné de ce que Luc Bergeron ,47 ans, qui a eu des relations sexuelles avec une fillette de 10 ans ait écopé d’une peine de 7 mois de prison alors que Tania Pontbriand, 32 ans, qui avait couché avec un ado de 15 ait été condamnée à 20 mois de prison. Il ne s’explique pas : la fillette est une enfant alors que l’ado est  bourré de testostérone, Pontbriand avait 2 fois l’âge de la victime, Bergeron avait 5 fois l’âge de la sienne.  Il ajoute: 12 ans moins un jour  pour Vincent Lacroix, le fraudeur, 40 mois pour un père qui a violé ses deux filles, 90 jours pour un éducateur qui a secoué un bébé, 60 jours pour avoir asséné une gifle mortelle à un ado. Il a  l’impression  que tout çà est arbitraire « comme si les juges pigeaient leur sentences dans des bouliers de bingo».  Il suggère de recenser durant six mois les crimes par catégories et de comparer leur sentence  moyenne. Il croit que l’on découvrirait que l’on punit  les crimes économiques plus sévèrement que les crimes sexuels même si le viol brise plus un individu que la fraude.

Commentaire

Martineau, est assez astucieux de mélanger diverses sortes de crimes et de leur accoler les sentences  en faisant abstraction des circonstances pour laisser entendre qu’il n’y a aucune cohérence dans les jugements. Mais plus typique de nos roses bonbon, il laisse entendre que le viol d’un ado par une femme qui a deux fois son âge  est moins grave que celui d’une fillette par un homme qui a cinq fois son âge. Il omet de dire que la professeure a fait durer le plaisir pendant plusieurs mois. Mais surtout il ne passe aucun commentaire sur le fait qu’une femme peut tuer un homme  en toute impunité s’il l’a déjà battue.- Le syndrome de la femme battue est devenu un permis de tuer – un acte dont la gravité se situe, il nous semble, même au dessus de celle du viol.  Dans ce cas-ci, Martineau applaudit sans doute la cohérence des juges.

 Voir sur ce site    VMR-1 La victimisation Quelques exemples 

cinquième exemple

 Le syndrome de la femme battue

C’est la deuxième fois que Martineau se mérite le prix du rose bonbon du mois. Rien n’empêche un humoriste de gagner un Olivier plus qu’une fois.

____

(1) Journal de Québec 17 mai -15 p.4