JP-8 Un autre bel exemple de justice paternaliste –

Le brigadier-général et Daniel Ménard et la caporale chef Bianka Langlois     

 

 

HOMME

D'AUJOURD'HUI

accueil

 

 

 «L'ancien commandant des Forces canadiennes en Afghanistan, Daniel Ménard, plaide coupable aux deux chefs d'accusation de comportement préjudiciable au bon ordre et à la discipline qui pesaient contre lui. Le brigadier-général à la retraite a reconnu sa culpabilité jeudi matin au premier jour de son procès à la Cour martiale permanente du Régiment de Maisonneuve, à Montréal. Daniel Ménard est notamment accusé d'avoir entretenu en 2010 une relation intime avec une militaire canadienne en poste à l'aérodrome de Kandahar, ce qui est contraire aux règlements de la Loi sur la défense nationale et aux ordres permanents sur le théâtre d'opérations en Afghanistan.

La seconde accusation concerne des tentatives présumées de sa part pour nuire à l'enquête de la police militaire. Il a entre autres cherché plusieurs fois à convaincre sa subalterne de supprimer des courriels incriminants lorsque l'affaire a éclaté au grand jour.

Les chefs d'accusation les plus graves ont été retirés la semaine dernière, soit quatre accusations d'entrave à la justice. Ces dernières auraient pu entraîner une peine maximale de 10 ans d'emprisonnement.

Daniel Ménard s'expose maintenant à une forte amende ou à la destitution. Toutefois, il a déjà été démis de ses fonctions l'été dernier à Kandahar. Il devait assurer le commandement des forces terrestres au Québec, avant qu'il décide de prendre sa retraite en décembre dernier. Daniel Ménard pourrait également être rétrogradé et être chassé de façon déshonorable des Forces armées canadiennes. Notons que l'autre militaire jugée dans cette affaire, la caporale chef Bianka Langlois, a été reconnue coupable le 28 septembre 2010. Elle a reçu une réprimande et une amende de 700$ ».1

Selon le commandant Genest, la démission du général Ménard ne lui permettra pas pour autant de protéger automatiquement sa pension. S’il est reconnu coupable et condamné, il pourrait en effet être rétrogradé et sa pension pourrait alors être ajustée à la baisse, même s’il vient d’annoncer sa retraite. L’avocat Michel Drapeau pensait au contraire qu’il devrait seulement payer une amende.2

 

La décision du tribunal militaire 3  

Le brigadier-général Ménard a été condamné à une amende de 7 000$ et a été rétrogradé au rang de colonel. Il a aussi écopé d’une autre amende de 3 000$ pour  n’avoir pas empêché son arme de tirer une balle par terre, effrayant  ainsi le chef des armées en visite à Kandahar.

 

Commentaire

(1) Il est vrai que les quatre autres  accusations les plus graves portées contre Ménard –entraves à la justice- avaient été retirées ; elles auraient pu lui mériter 10 nans de prison. On ne peut pas s’’empêcher  de penser qu’il aurait été odieux de le punir aussi sévèrement alors qu’il avait simplement  tenté de convaincre la caporale Langlois d’effacer les courriels amoureux qu’ils s’étaient échangés. Cà prend une jolie salope pour n’avoir pas, d’elle-même, effacé ces courriels sachant les énormes ennuis qu’ils pouvaient causer à son amant. Elle préparait un chantage ?  

(2) Nous avions écrit en 2010 «Pour être expulsés de l’armée canadienne, il faut, soit avoir tué deux soldates, soit avoir a eu une incartade amoureuse avec une soldate » Nous faisons allusion dans un premier temps au Colonel Russel Williams Russell Williams  - une vedette de l’armée canadienne qui avait tué deux femmes et qui avait  été destitué de son grade de colonel- et dans un deuxième temps au brigadier-général Daniel Ménard.

(3) Tout en reconnaissant que le salaire d’un  brigadier-général est nettement plus élevé  (13 692$/mois) que celui d’une caporale chef (5 931/mois)  il ne lui est pas dix fois supérieur comme l’amende qui a été imposée au brigadier

(4) S’étant retiré de l’armée (avant d’en être expulsé) le brigadier à la retraite est rétrogradé au rang de colonel  mais la caporale, elle, va poursuivre sa glorieuse carrière dans l’armée et continuer à gravir les échelons à l’horizontal grâce à la pratique de la promotion canapé.

(5) On comprend que c’est avec son nouveau salaire de 11,950$/mois que le colonel Ménard devra payer les pensions alimentaires à sa femme  et à ses deux enfants alors que la caporale continuera de ne se soucier que d’elle-même.  

(6) Pourtant, la caporale Langlois savait que Ménard était une étoile montante dans l’armée  et qu’il était marié et père de deux enfants.  Comment se fait-il que cette irresponsable ne reçoive qu’une tape sur les doigts alors que la carrière militaire de Ménard  est finie?

(7) Nous savions déjà que les tribunaux civils ont longtemps fait montre de  paternalisme envers les femmes traduites devant eux. Depuis que femmes sont devenues plus présentes dans l'armée, il semble bien  que  les tribunaux militaires aient adopté le même comportement.    

 

Il  est fascinant d’entendre ces féministes réclamer l’égalité dans tous les domaines et en toutes circonstances … sauf....quand il s’agit d’assumer les mêmes responsabilités pour leurs actes et les mêmes conséquences  négatives.

 __

(1) Radio-Canada, www.radio-canada.ca, Mis à jour le: 21 juillet 2011 10:29

Cour martiale - Daniel Ménard plaide coupable aux accusations portées

(2) Le Journal de Québec 16 juillet 2011 p.16

(3)  Le Journal de Québec 22 juillet 2011 p.9)