LF-17 Plus d’espoir, à 24 ans -                         

                                     

 

 

Homme d'aujourd'hui

accueil

 

 

 

 

 

___

Qui sommes-nous

Objectifs

Raison d'être

Champ d'intérêts

Éditoriaux

Vos textes

Votre opinion

 Conférences 

Liens

Archives

 

 

Bonjour à vous;

 

Je suis un homme de 24 ans qui a perdu espoir devant les tribunaux. Je me suis battu durant près de deux ans pour finalement m'apercevoir que c'était une guerre perdue d'avance.

 

J'ai dû me soumettre à des expertises psychosociales. Leurs conclusions : j'étais un père merveilleux, attentionné, doux, patient... En gros, selon ces analyses, j'aurais même pu avoir la garde complète de mon enfant, mais ce que je demandais du tout. Je ne voulais que le bien de ma fille en passant autant de temps avec elle que sa mère (qui je dois le dire, est une bonne mère mis à part la place qu'elle m'a laissée dans la vie de ma fille).

 

Mais après un nombre incalculable de convocations devant un juge, j’ai subi des préjudices moraux et des injustices incroyables, j'ai perdu espoir. Je lui ai accordé tout ce qu'elle demandait en disant que je devais déménager hors du pays. La mère de ma fille a même été jusqu'à essayer de me faire emprisonner sous de fausses accusation.

 

J'ai fait des recherches sur les divers problèmes que pouvait rencontrer ma fille en vieillissant et j'ai vite compris qu'il valait mieux pour ma fille et pour moi-même que je coupe les ponts car elle ne pouvait pas s'épanouir dans un contexte de guerre incessante entre sa mère et moi.

 

Mais je dois avouer que cela gâche ma vie. J'aurais aimé avoir la possibilité de voir mon trésor grandir mais à cause d'une femme remplie de rancoeur injustifiée, mes droits de père et les droits de ma fille sont brimés. Cette femme nourrit ainsi une rancune personnelle parce qu’elle à eu une enfance sans père. Le syndrome d'aliénation parentale est bel et bien présent dans ce pays..

 

Je n'arrive pas à y croire. Il y a maintenant plusieurs années que le mouvement des féministes existe pour la protection des droits des femmes. Mais à quel prix? Au prix de la quasi extermination du lien entre le père et son enfant suite à une séparation. Je ne peux pas accepter qu'en 2006, on puisse vivre dans une société où l'on recherche encore un coupable entre les deux parents d'un enfant plutôt que d'essayer de donner le plus de temps possible à chacun d'eux parents avec leur enfant et non seulement  à la mère.

Comment se fait-il que je doive sacrifier mon droit et que les tribunaux ne se posent aucune question? Qui sont-ils pour dire qu'une mère est plus précieuse qu'un père dans la vie de son enfant? Tous des cons si vous voulez mon avis; des gens qui ne  voient pas la manipulation dont certaines mères dont capables. Nous passons tous pour des fous et des dangereux criminels lorsqu'un divorce survient; mais laissez-moi vous dire que certaines femmes sont beaucoup plus dangereuses que bien des hommes qui se taisent et ravalent leur foutue rancoeur durant des années. Je ne sais même pas si quelqu'un lira ce message mais une chose est certaine, nous ne sommes pas sortis de la merde, messieurs.

 

Bien à vous

 

Keven Ouimet