LI-(13)-3   La CVQ, mises  en contexte et  bref historique

 

HOMME

D'AUJOURD'HUI

accueil

 

 

 

La Charte de valeurs québécoises, la CVQ, n’est pas une nouvelle taxe parce que, si c’était le cas, le gouvernement ferait tout en son possible pour qu’elle passe inaperçue alors qu’au contraire il encourage la tenue d’un large débat à son endroit. 

Le débat actuel sur la Charte  des valeurs québécoises se déroule sans que les médias prennent la peine de  le situer dans son contexte social et d’en retracer la genèse par un bref historique. Ils préfèrent tenir des procès d’intention, discuter de stratégie électorale  et faire la promotion  des crédos des divers partis. Ce genre de démarche est beaucoup plus facile et a l’avantage de dispenser les individus de s’attaquer franchement au problème. C’est pourquoi nous croyons utile  justement de commencer l’analyse par une mise en contexte  et un bref historique  

 

1-  Mise en contexte au Québec  

En  fait, la CVQ est un ensemble de propositions mises de l’avant  par le Parti Québécois pour répondre à un problème laissé sans solution par le précédent gouvernement du Parti Libéral. Il s’agit essentiellement de savoir  comment la société d’accueil québécoise doit s’y prendre pour mieux intégrer les immigrants membres de diverses communautés culturelles.

L’enjeu n’est pas insignifiant. Cette société d’expression française, est majoritaire sur son territoire (78%) mais  très minoritaire sur le continent nord-américain  (2%). Elle se paye, pourtant, depuis plusieurs décennies, le luxe d’un taux de natalité inférieur au seuil de renouvellement (1.50) et voit son gouvernement financer des milliers d’avortements par année alors que  50% de  ses mariages se terminent par un divorce.  De plus, ce même gouvernement, malgré la contradiction évidente,  instaure des mesures de discrimination positive, en emploi et en rémunération, en faveur de la femme seulement et ce, au nom… de la libération de la femme et du principe l’égalité de l’homme et de la femme.

Dans un tel contexte, il est clair que cette société ne pourra survivre comme telle sans intégrer de manière efficace un nombre important d’immigrants. À ce chapitre. Il arrive qu’une partie significative de ces immigrants proviennent d’anciennes colonies françaises ou pays africains dont plusieurs adhèrent à la religion musulmane. La  société québécoise, qui, depuis les années 1960 a déjà, fait une place grandissante à la laïcisation de ses établissements de santé et d’enseignement,  allant même jusqu’à la déconfessionnalisation des commissions scolaires (1998) de manière, notamment  pour ne pas heurter les nouveaux arrivants, peut difficilement accepter que ces derniers remettent en cause cette laïcisation des établissements  publics au profit de leur religion à eux. Rien n’empêche, par ailleurs, ces communautés d’édifier leurs propres lieux de culte et de pratiquer librement leur religion.  

Le problème se pose lorsque certaines personnes prétendent que leur religion les oblige à afficher leur appartenance à leur religion par des signes distinctifs en tout temps et en tous lieux. Nous  reviendrons plus loin sur cet argumentaire après avoir observé que cette question soulève aussi des problèmes dans d’autres pays.

 

2-Mise en contexte sur le plan international

Malheureusement, ce n’est pas en lisant journaux québécois  que l’on peut prendre conscience du fait que le flot important d’immigrants de langues et de religions  différentes de celles de la majorité.des membres  de la société d’accueil soulève de sérieux problèmes également  ailleurs dans le monde.

-- Encore une fois, certains affirment  que  le port de signes religieux ostentatoires vestimentaires, en tout temps et en tout lieu, fait  partie intégrante de leur religion et que, sans lui, ils ne sont pas libres de pratiquer leur  religion.

Avant de débattre de cette affirmation, il importe croyons-nous de nous  interroger sur ce qui se produit lorsque, sur un même  territoire, plusieurs religions insistent pour que leurs fidèles manifestent leur adhésion par divers signes ostentatoires non  pas seulement dans leurs lieux de culte mais justement en tout temps et en tout lieu.

À cet égard, on peut affirmer que, depuis au moins l’époque des croisades jusqu’au 21ème siècle, la rivalité entre diverses religions ont été la cause de nombreux heurts dans les  rapports entre leurs fidèles respectifs, notamment entre les  catholiques et les protestants en Irlande du Nord, les juifs et les musulmans, chez ces derniers, entre  les sunnites et les chiites  au Moyen Orient : les catholiques et les musulmans au Liban, et plus récemment entre  les Tamouls et les bouddhistes au Sri Lanka etc. Seul un aveuglement volontaire peut expliquer que certains refusent d’établir un  lien entre ces guerres religieuses et le prosélytisme de leurs membres, lequel  tient justement à l’insistance de ces derniers à faire étalage de leur appartenance  à une église par des signes et symboles distinctifs, comme le font les soldats de toutes les armées

-- De la même façon, les rivalités entre ethnies races ou nations ont aussi  donné lieu à des conflits armés. Ces rivalités ont été considérablement  amoindries  tout simplement en reconnaissant à diverses nations le pouvoir de se constituer en «États-nations» ou, à défaut, en «États fédérés ou confédérés» sur des territoires propres à chacune. Pour sa part, la religion n’a pas donné lieu, comme telle, à la constitution d’États si l’on fait exception du Vatican.  Par contre, dans des pays déjà établis, certaines religions sont devenues des religions d’État comme le protestantisme en Angleterre au Moyen-âge, et, plus récemment  l’Iran. Dans d’autres États, comme l’Union soviétique, la pratique religieuse a été complètement interdite. Dans d’autres États, enfin, on en est arrivé à une (ou plusieurs) entente (concordat)  entre l’Église et le pouvoir civil (l’État) qui reconnaissait, d’une part  le droit à la pratique religieuse et à l’organisation autonome  de l’Église et, d’autre part, à la laïcité de l’État à sa neutralisation sur le plan religieux . 

-- Il arrive que, dans certains États où le corps religieux dominant exerce une influence marquée sur la population, les fidèles des autres religions soient  victimes de mauvais traitements, de persécution.  Paradoxalement, certaines religions ainsi brimées en  ont profité pour ériger le statut de martyrs pour les victimes et ainsi  susciter une adhésion encore plus forte de leurs membres.  

---Deux changements sociopolitiques majeurs se sont produits dans la deuxième moitié du 20ième siècle. D’abord, la stabilisation des États-nations depuis la fin de la deuxième guerre mondiale  et, deuxièmement,  une immigration croissante vers les pays «riches» venant de pays moins riches  composée de communautés culturelles, c’est-à-dire d’ethnies, de langues  et de religions différentes de celles de la société d’accueil. Le phénomène a été particulièrement ressenti en Europe, aux États-Unis et  même dans divers asiatiques.1 Plus récemment la crise économique qui s’est produite  en Europe a fait en sorte que des pays considérés auparavant comme prospères (Italie  Espagne, Portugal, Grèce…) ont vu des éléments de leur population tenter d’obtenir asile dans certains autres pays moins touchés (Allemagne, Royaume-Uni, France..) et s’ajouter à la fois à des ressortissants d’anciens pays soviétiques et des anciennes colonies africaines. 

-- Sarrazin, un économiste allemand, a  observé en 2010  que l’Allemagne (un pays de 80 millions d’habitants) en accueillant une forte immigration (50,000 /année) pour compenser la faible natalité de sa population  était en voie de disparaître. Les femmes les plus  intelligentes ne font plus d’enfant parce qu’elles travaillent. Par contre, les immigrants font beaucoup d’enfants mais leur  niveau général d’intelligence  est inférieur. Au Québec, nous accueillons annuellement le même nombre d’immigrants  avec une population de 7 millions d’habitants. Bien que Fessou, qui commente ce livre, 2 ne dise pas quelle est, selon Sarrazin, la  cause profonde de cette évolution  de la société allemande  il est clair qu’il s’agit de la montée du mouvement féministe qui a poussé  les femmes sur le marché du travail  et ainsi causé le déficit démographique. Ici aussi, le mouvement féministe a combattu la famille traditionnelle  et obtenu d’énormes privilèges pour la femme au travail avec les mêmes conséquences sur la natalité. Nous avions écrit, en 2008, à la suite d’observations similaires, dans «L’égalité de fait entre les femmes et les hommes : Chap. 4 sect. 2.13 « Bientôt la minorisation du peuple québécois» et  au Chap. 5  sect.13. «En vue, la désintégration de la société québécoise».  Sarrazin a été congédié de son poste  à la Bundesbank en plus d’être sévèrement critiqué par Angela Merkel .Notre ouvrage n’a même jamais été recensé par l’un de nos brillants universitaires 

En d’autres ternes, «le brassage de peuples » des dernières années a exercé une pression sur le tissu social des pays hôtes d’autant plus fortement que certains membres de certaines communautés culturelles ont, soit commis des actes de terrorisme, soit tenté de revendiquer la reconnaissance  de la pratique intégrale de leur religion bien  que  certaines de ses règles aillent  à l’encontre des mœurs et des lois locales.  Il est clair que, dans tous les cas, les communautés majoritaires en termes d’ethnie, de langue et de religion, se sentent agressées, à des degrés variables, par les nouveaux venus et cherchent à réduire les tensions sociales.  À ce propos, on rapporte que la communauté sikh de France  (30 000 personnes) se mobilise pour que ses enfants puisent porter le turban dans les écoles publiques où tous les symboles religieux sont interdits. Un leader de cette communauté soutient que la croix, la kippa, l’étoile de David  et le voile ne sont pas obligatoires pour ces communautés, se sont des symboles  à la différence  du turban pour les sikhs 2.  On rapporte aussi que le prochain maire de New York – Di Blasio - veut instaurer des congés pour les fêtes musulmanes- il ya déjà 2 fêtes juives, et 3 fêtes chrétiennes. L’ancien Maire Bloomberg s’était opposé à cette proposition disant que cela ouvrirait la porte à d’autres religions et que les enfants avaient besoin  de plus de jours de classe et non l’inverse3 .En Allemagne, les tribunaux ont décidé qu’une musulmane ne pouvait être dispensée des cours de natation même si elle se sentait gênée de côtoyer des garçons au torse nu 4 ..

Toutefois, il est aussi apparent  que les contextes sociopolitiques des divers pays, l’évolution historique de la laïcité dans ces derniers et la composition différente des flux migratoires donnent évidemment lieu à des arrangements variés. Il n’y a pas de recette unique. On simplifie beaucoup la situation à cet en opposant, par exemple, le mode d’approche «multiculturalisme» anglo-saxon  et le mode d’approche français qui  neutralise l’État sur le plan religieux en échange d’une intégration égalitaire des communautés.  

 

3  Un bref historique au Québec

Après ce tour d’horizon nous revenons au Québec pour retracer les évènements qui s’y sont produits en regard de cette question.

Ici encore, les médias, en 2012 et 2013, n’ont pas joué leur rôle en omettant d’informer la population sur les évènements qui ont amené cette action gouvernementale et en renforçant ainsi son amnésie naturelle. L’action du gouvernement du Parti Québécois  en 2013  est tout simplement une tentative de pallier aux conséquences d’un imbroglio crée par du Parti Libéral du Québec en matière d’immigration et au refus de ce dernier  parti d’apporter une réponse valable aux dérapages qu’il avait lui-même générés.

- En 2006, une politique de lutte au racisme

Tout commence avec l’annonce de la ministre  libérale de l’Immigration de  l’adoption prochaine d’une «Politique contre le racisme», manifestement une manœuvre du Parti Libéral  qui vise à lui assurer le support électoral des communautés culturelles et qui s’inspire du concept du multiculturalisme, cher aux libéraux fédéraux de P.E Trudeau, lequel servait à combattre le nationalisme québécois. Jamais auparavant, dans aucun pays, avait-on proposé une politique de l’immigration fondée sur le postulat que la société d’accueil était raciste et xénophobe.  Une stupidité sans nom qui, n’aura jamais de suite. En somme, à la différence des milliers d’autres avortements subventionnés annuellement à coup de millions  par le bon gouvernement québécois celui-ci  n’a pas été très coûteux et, surtout, n’a pas fait de victime, lui.

-- Une réaction immédiate des médias et de la population contre cette affirmation implicite que les Québécois sont racistes et xénophobes 

Les journaux rapportent au contraire de nombreux cas où les communautés culturelles – principalement, de  confession juive et musulmane- avaient exigé et obtenu des traitements privilégiés- des «accommodements» de la part des établissements publics  et privés tout en s’objectant aux manifestations religieuses de la majorité catholique (comme l’exposition de la crèche à Noël). À ces assauts contre un lien identitaire de la majorité s’ajoutait les pressions du mouvement laïc en faveur d’une large déconfessionnalisation des institutions québécoises amorcée dans les années 1960

--- En 2007, une réponse gouvernementale classique – l’institution d’une commission de consultation et d’étude-   

C’est ce que fait habituellement un gouvernement qui se sent dans l’eau chaude. Le gouvernement Charest  crée le 8 février 2007 la Commission de consultation sur les pratiques d'accommodement reliées aux différences culturelles co-présidée par Gérard Bouchard et Charles Taylor pour entendre les doléances de chacun. Le premier ministre énonce  trois valeurs ne pouvant pas faire l'objet d'accommodements, dans cet ordre : l'égalité entre les hommes et les femmes; la primauté du français; la séparation entre l'État et la religion ».

-- En 2008  la Commission remet son rapport le 22 mai lequel vise essentiellement à éteindre l’incendie que le gouvernement avait lui-même déclenché.

--- Les conclusions du  rapport 4

--Le rapport conclut qu'il n'y a pas vraiment de problème concernant la pratique des accommodements raisonnables au Québec. Il y a une crise des perceptions, un décalage entre ce qui se passe « sur le terrain » et ce qu'une grande partie de la population croit qu'il se passe sur le terrain.

--«Le rapport souligne ainsi que la crise des accommodements ne reflète pas simplement l’attitude « déraisonnable » des minorités face à l’État laïque, mais est aussi un signe de « protestation d’un groupe ethnoculturel majoritaire [les Canadiens francophones] qui doute de sa propre identité ».

--« En ce qui concerne le port de signes religieux par les agents de l’État, nous recommandons qu’il soit interdit à certains d’entre eux (magistrats et procureurs de la Couronne, policiers, gardiens de prison, président et vice-présidents de l’Assemblée nationale). Mais pour tous les autres agents de l’État (enseignants, fonctionnaires, professionnels de la santé et autres), nous estimons que le port de signes religieux devrait être autorisé

--Les jours fériés étant liés à une religion dominante (le christianisme), la Commission a jugé que l'autorisation accordée aux croyants de religions minoritaires de prendre des congés pour motif religieux ne contrevenaient pas au principe de laïcité, rétablissant au contraire l'égalité culturelle[]

-- Le crucifix à l’assemblée nationale « Au nom de la séparation de l’État et des Églises et de la neutralité de l’État, nous pensons qu’il faudrait enlever le crucifix accroché au mur de l’Assemblée nationale » « Au nom de la séparation de l’État et des Églises et de la neutralité de l’État, nous pensons qu’il faudrait enlever le crucifix accroché au mur de l’Assemblée nationale. Il s’agit là, en effet, du lieu même qui symbolise l’État de droit (une solution raisonnable serait de l’exposer dans une salle consacrée à l’histoire du Parlement). Pour la même raison, on devrait abandonner la récitation de la prière aux réunions des conseils municipaux dans les nombreuses municipalités où ce rite est toujours pratiqué. »

Quelques minutes après la présentation des recommandations, le gouvernement Charest a déposé une motion réclamant le maintien du crucifix en Chambre au nom du patrimoine et de l'histoire du Québec. La motion a été adoptée à l'unanimité par les 100 députés présents au vote[12]. Jacques Parizeau, pour le Parti Québécois,  déclare que le rapport est bon pour les tablettes »

Notre analyse du rapport Bouchard-Taylor

Nous y soulignons que la Commission recommande la substitution de l’interculturalisme » au multiculturalisme «Plus précisément, l'interculturalisme suggère l'adoption de la culture dominante du pays ou de la région d'adoption associée à la recherche de points communs tout en préservant les différences individuelles» (…) Mais cette notion aujourd’hui très répandue n’a jamais reçu de définition formelle et officielle »5  

Grâce à cette imprécision, on a pu prétendre régler tous les conflits intercommunautaires de manière générale, dispenser le gouvernement d’édicter des règles claires et laisser chaque établissement se débrouiller tout seul avec des cas de demande d’accommodements de plus en plus exigeants ou encore confier le règlement des conflits au Tribunal des droits de la personne qui, manifestement, ne peut qu’avoir un parti pris favorable aux demandeurs membres d’une minorité, les seuls, d’ailleurs par définition , à pouvoir se plaindre d’une situation qui ne les satisfait pas7

Nous avons traité de cette question à plusieurs  reprises sur ce site8

-- De mai 2010 à janvier  2011 le gouvernement du Parti Libéral a tenu des consultations sur son projet d’encadrement des accommodements raisonnables. Puis, En 2011 il dépose le projet de Loi 94, piloté par l’ex-ministre de la Justice, Kathleen Weil pour donner suite au rapport Bouchard-Taylor.  Ce projet permettait le port du hijab, de la kippa, du crucifix et du kirpan mais prohibait le voile intégral, la burqa. Le principe est adopté à 56 contre 49 contre et 2 abstentions  Au cours de l’examen du projet de loi article par article, le Parti Québécois entreprend une obstruction systématique. Louise Beaudoin exige une charte de la laïcité comme en France. La Commission des droits de la personne s’oppose à l’interdiction du voile intégral. Le gouvernement ne veut pas recourir au bâillon, un projet de loi sur les mines est considéré comme plus urgent. Il abandonne  le PL. 94 8.. Il est   clair que le PLQ ne pourra que s’opposer à  tout projet  de Charte de laïcité que le PQ pourrait déposer s’il est élu. Il risque alors de se piéger face à l’électorat francophone. Encore une fois, Jean Charest  a manqué de courage car même imparfait le PL 94 aurait forcé le PQ  à adopter une position qui serait apparue extrémiste. Face à un vide, le PQ aura une plus grande latitude.

 0000

Conclusion

La situation dans les divers établissements publics, sans s’être nécessairement envenimée, continue de commander des lignes directrices applicables à tous, de manière uniforme sur tout le territoire, donc nécessairement gouvernementales, justement pour éviter que certains groupes plus puissants bénéficient de privilèges en négociant séparément avec des administrations plus fragiles.

 __

(1) (a)  Jullia Gilliard, Première ministre d’Australie « Ce sont les immigrés et non les Australiens qui doivent s’adapter - «La plupart de Australiens sont croyants  – pas moi. Il ne s’agit pas d’une offensive politique de la droite chrétienne, mais un fait, la réalité, car ce sont des Chrétiens et des Chrétiennes, se basant sur des principes chrétiens, qui ont construit cette nation, et cela est très clairement établi. Et il est certainement très approprié de l’afficher sur les murs de nos écoles. Si notre Dieu vous offense, je vous suggère d’aller chercher ailleurs dans le monde un nouveau foyer, car notre Dieu fait partie de notre culture. Nous acceptons vos croyances sans nous poser des questions. Tout ce que nous demandons, c’est que vous acceptiez les nôtres, pour vivre en harmonie et jouir de la paix ensemble. C’est cela notre pays, notre terre et notre mode de vie, et nous vous permettons de jouir  de tout cela, en toute occasion. Mais si vous continuez à vous plaindre, à maugréer et à râler à propos de notre drapeau, de notre serment, de nos croyances chrétiennes, de notre façon de voir la vie, je vous encourage vivement de saisir l’opportunité de la grande liberté que nous avons en Australie, celle du « droit de partir ». Si vous n’êtes pas heureux ici, alors partez ! Nous ne vous avons pas obligés de venir ici. Vous avez demandé à venir. Alors acceptez le pays qui vous a accepté »

http://www.europe-israel.org/2010/12/ce-sont-les-immigres-et-non-les-australiens-qui-doivent-sadapter/

b) La sécurisation de l'immigration aux États-Unis : les présidences de Bill Clinton et George W. Bush

http://www.archipel.uqam.ca/3688/

c) En France, Immigration : problème insoluble en France ?

http://ti.diak.over-blog.com/article-3396231.html

d) L'Allemagne, comme plusieurs pays européens, s'interroge sur les effets de l'immigration en montrant du doigt la communauté musulmane du pays. Le débat, alimenté à l'automne par la sortie du livre controversé d'un ex-administrateur de la Bundesbank, Thilo Sarrazin, fait le jeu de politiciens xénophobes qui aspirent à transformer en votes le malaise ambiant

http://www.lapresse.ca/international/correspondants/201103/02/01-4375221-limmigration-musulmane-debattue-en-allemagne.php

e) «Les autorités suédoises ne savent plus où donner de la tête dans la ville de Malmö, au sud de la Suède, avec son explosion d’immigrants musulmans. Ils ne font pas partie de la société suédoise pour ainsi dire. Il leur est difficile d’entrer dans la société. Et pourtant, ils sont la fraction de la population suédoise qui augmente le plus vite. Des étrangers déjà à l’intérieur, qui posent un problème à la légendaire tolérance suédoise.»

http://www.pointsdereperes.com/videos/probleme-immigration-suede

f) Au Royaume-Uni «Immigration is hurting us, say six out of ten British voters: Fears over impact on jobs and public services
 http://www.dailymail.co.uk/news/article-2408621/Immigration-hurting-say-British-voters-
(2) Le Journal de Québec 24 sept.2013 p.46

..\Mes numérisations\D. Fessou L'Allemagne disparaît.pdf

(3) Le Journal de Québec 19 octobre 2013 p.55

(4) Le Journal de Québec 12 septembre 2013 p.33

(5)http://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_de_consultation_sur_les_pratiques_d%27accommodement_reli%C3%A9es_aux_diff%C3%A9rences_culturelles

(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Interculturalisme

(7)  Voir sur ce site FEC-19 La Juge Carole «Sème à tous vents» Brosseau

(8) Nous avons extraits certains passages des textes écrits entre 2006 et 2008 qui nous paraissent encore significatifs  aujourd’hui.

8.1 La lutte au racisme une forme plutôt hypocrite d’électoralisme (14 juillet 2006)

 «Les justifications exposées sommairement par la ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles semblent être les suivantes :

(1) le Québec vit un déclin démographique que devrait contrer l’accroissement du nombre d’immigrants qui passera de 31 500 en 2000 à 48 000 en 2007;

(2) certains groupes éprouvent des difficultés en matière d’accès à l’emploi et au logement ;

(3) la représentation des communautés culturelles dans les médias laisse à désirer;

(4) la place des communautés culturelles dans les secteurs public et parapublic n’est pas celle qu’elle devrait être.

(Source : Le Journal de Québec 30 juin 2006 p. 18).

Immédiatement, les animateurs d’émissions  «d’affaires publiques» à la radio et à la télévision ont posé la question : «Le Québécois est-il raciste?». Quelques haïtiens et africains ont répondu oui, certains québécois de souche se sont flagellés alors que d’autres ont répondu «pas plus qu’ailleurs». 

8.2   La consultation du gouvernement sur la lutte au racisme et le débat sur les accommodements raisonnables  (janvier 2007)

«Or, dès le départ, la démarche a prêté à confusion. En effet, à notre connaissance, aucun gouvernement n’a associé, dans le passé, l’immigration et la lutte au racisme, tout simplement parce que la croyance en l’existence d’une race supérieure – la définition du racisme -  peut être répandue indépendamment de la présence d’immigrants, comme ce fût le cas en Allemagne dans les années 1930. Chose certaine, les médias sont tombés rapidement dans le piège et se sont mis à discourir dans les lignes ouvertes sur le comportement et les attitudes racistes des Québécois. On n'a même pas été assez futé pour expliquer la différence entre le racisme et la xénophobie. Cette confusion dans les termes a été d’ailleurs aggravée dans un sondage qui, au début de 2007,  portera aussi sur le racisme au Québec. Le gouvernement  est le seul responsable de cet imbroglio.»

8.3 Les accommodements raisonnables ; Lise met le feu et Jean doit l’éteindre (février 2007)

«Amir Khadir, lui-même d'origine iranienne, a profité de l'occasion pour dénoncer la position du chef de l'Action démocratique, Mario Dumont, qu'il qualifie de démagogique et de xénophobe. «Je ne crois pas que M. Dumont air fait le bon choix de vouloir glisser sur cette xénophobie que l'on voit. Nous invitons le Québec en entier à dire non à cette barrière qui divise notre société, une barrière entre un nous et eux.» M. Khadir met également en garde contre le concept de laïcité qui voudrait interdire tout comportement religieux en public. «Le concept de laïcité est né pour permettre aux exclus d'oeuvrer dans la société. Il ne faudrait pas exclure des gens avec la laïcité. On ne doit pas ériger la laïcité en religion aveugle.»

8.4 Analyse du rapport de la Commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables 1 ou comment éteindre un incendie que l’on a soi-même déclenché   (juin 2008)

Tables des matières

(1. La raison d’être de cette Commission, une justification politicienne : éteindre l’incendie … déclenché par le gouvernement

      1.1 Selon les analystes ; 1.2 Selon les Commissaires 

(2. Une problématique camouflée et à peine esquissée

      2.1 Camouflée 2.2  À peine esquissée

(3.  Un aperçu général du travail de la Commission

(4.  Un exercice de sémantique incomplet  et trompeur

4.1 Le concept  de l’accommodement raisonnable 4.2 Le processus de l’accommodement raisonnable 4.3 La Commission distingue «l’accommodement raisonnable» de «l’ajustement concerté», mais lui assimile  «la désobéissance civile» et «le lobbying »

(5.  Une piètre analyse des événements

5.1 Les événements par  communauté culturelle,  par nature du      problème, par  domaine d’activité, par type de geste posé, par objet 5.2 Comparaison des comportements des communautés juive et musulmane

(6.  Les trois solutions de la Commission 

6.1 L’interculturalisme (et non le multiculturalisme) 6.2 La laïcité ouverte      

6.3 Un processus d’intégration       

(7. Les 37 recommandations : toutes des mesures  à être adoptées par l’État québécois 

 7.1 Des incohérences       7.2 Des banalités  7.3  Des fuites en avant 

(8. Réactions de la presse : la filière 13

(9. Réaction du gouvernement : Déclaration de l’immigrant,  Un plan d’action à venir

«Or, il l ressort, notamment  de ce rapport que : le poids relatif des  québécois francophones est passé, pour la première fois sous la barre des 80% (79,6%), et est de 49,8% sur l’île de Montréal et que les quotas d’immigration  fixés par le gouvernement Charest – de 45,000 à 55 000- représente un taux de  0.6%,lequel est  trois fois plus élevé que celui  de la France et deux fois plus que celui des États-Unis, «un des pays les plus accueillants au monde», selon Marc Termotte, démographe».

8.5 Les intégrismes musulman et juif – on ne semble pas les accommoder de la même manière  (2010)

«Or, il arrive qu’un accommodement peut paraître inoffensif en lui–même mais que l’addition de plusieurs cas inoffensifs finisse par transformer très sérieusement le tissu social (voir la liste du Courriel) . Les tribunaux ne sont tout simplement pas équipés pour régler des problèmes sociaux.  Ce mode d’approche aboutit inévitablement à la neutralisation des caractéristiques de la population majoritaire au profit des caractéristiques des groupes  minoritaires  et à la constitution d’une société composée de communautés  vivant en silos, côte à côte.  »    

8.6 ll paraît qu'au Brésil une Commission sur les accommodements raisonnables a recommandé de retirer  la statue du mont Corcovado  afin de favoriser la laïcité ouverte  et l'interculturalisme (2010)

 (9)  J’Samson   «Laïcité dure ou ouverte » (J. de Q. p.17