LI-(13)-4 La CVQ, sa teneur, le débat et les parties, les résultats   

 

HOMME

D'AUJOURD'HUI

accueil

 

 

 

 Étant donné que les journaux n’ont jamais pris la peine d’exposer en détail les cinq proposions  de cette Charte nous reproduisons, ci- dessous, la présentation telle qu’elle apparaissait sur le site gouvernemental : http://www.nosvaleurs.gouv.qc.ca/fr

 

Pour respecter l’ordre chronologique des évènements  nous présenterons plus loin le projet de loi qui sera finalement déposé devant l’Assemblée nationale.   

 

1- Le titre  

Malheureusement, on observe dès  le  départ  que le titre est manifestement  mal choisi et que l’on aurait dû conserver celui qui avait été retenu à l’origine soit la Charte de la laïcité. Le gouvernement a déclaré que, «seul  un besoin d’un renforcement du principe de l’égalité homme-femme» justifiait la nouvelle désignation. C’est vraiment peser trop fort sur le bouchon. Si les valeurs québécoises se résument à ce principe, pourtant déjà bien présent dans la Charte,  c’est que nous sommes en sérieuse pénurie de valeurs et que ce gouvernement, comme celui qui l’a précédé, est devenu un otage du lobby féministe1. Le gouvernement  ne semble même pas s’être rendu compte ni  du caractère réducteur  du geste posé ni  de son impact  sur la perception des observateurs extérieurs.  

 

2 La teneur   

Cette charte énonce les cinq propositions suivantes 

1-Modifier la charte québécoise des droits et libertés de la personne

Pour y inscrire les valeurs suivantes   – la séparation des religions et de l’État ;  -- le principe de neutralité de l’État ;  -- le caractère laïc des institutions de l’État québécois. 

Pour définir les concepts d’accommodement et de contrainte excessive (eu égard  au respect des droits d’autrui, à la santé et la sécurité des personnes, au bon fonctionnement de l’organisme ou de l’institution ainsi qu’aux coûts qui s’y rattachent) : encadrer les demandes d’accommodement religieux : renforcer l’égalité entre les femmes et les hommes 

2-Établir  dans la loi un devoir de réserve et de neutralité en matière religieuse de la part des membres du personnel de l’État dans l’exercice de leurs fonctions afin de refléter la séparation des religions et de l’État et la neutralité de celui-

 3- Encadrer le port des signes religieux ostentatoires, en fait, interdire le port de signes religieux facilement visibles et ayant un caractère démonstratif pour le personnel de l’État dans l’exercice de ses fonctions.

4-Rendre obligatoire le visage à découvert lorsqu’on donne ou reçoit un service de l’état

5- Établir une politique de mise en œuvre pour les organismes de l’État 

 

À priori, ces énoncés vont tout à fait dans le sens du cheminement  suivi par les Québécois au cours des dernières décennies  en faveur de la laïcité dans les institutions étatiques  et paraît vouloir  répondre  à leur questionnement en ce qui a trait  aux accommodements  qui peuvent être raisonnablement consentis  aux membres de diverses religions dans les entreprises et organismes. 

3- Le débat 

3.1 Le principal objet du débat

Il est remarquable que le principal, sinon le seul objet du débat actuel portant sur la CVQ –  a été l’interdiction du hijab dans les administrations publiques

Après quelques semaines de débat la question qui a reçu le plus d’attention de la part des médias est sans contredit celle du port du hijab,  le voile porté sur la tête  par les femmes musulmanes

C’est aussi l’interdiction  projetée de ce signe religieux ostentatoire qui a, semble-t-i, justifié la tenue de quelques marches de protestations de quelques milliers de personnes à Montréal 2  et de centaines à Québec sous la direction Collectif québécois contre l'islamophobie, dont le porte-parole est Adil Charkaoui, une personne qui réclame l’application, ici, de la  Charia 3 À Montréal, un millier de personnes ont pris la peine de manifester en faveur de cette charte, à Québec il n’y a eu aucune manifestation de support.4  Ou bien les Québécois de souche qui habitent ces villes de composition homogène  ne se sentent pas concernés (un problème de Montréal) , ou encore, ne croient pas utile d’affirmer leur support à la neutralité de  l’État dans la mesure où ils craignent que l’on fasse ainsi disparaître toute référence à ce qui a été  la religion de la majorité (catholique)- par exemple-,les noms des villes et rues) justement pour ne pas heurter  les communautés minoritaires.

Le Soleil 15 sept. 2013 p.3

 

3.2  L’argumentation sur le voile en tant que signe religieux  obligatoire et droit fondamental

Encore une fois, certains affirment  que  le port de signes religieux ostentatoires vestimentaires, en tout temps et en tout lieu, fait  partie intégrante de leur religion et que, sans lui, ils ne sont pas libres de pratiquer leur  religion.

-Avec tout le respect, cette argumentation est hypocrite. La religion est fondamentalement une croyance personnelle en des règles censées nous guider sur terre dans le but de nous assurer une meilleure vie éternelle. Elle implique aussi, généralement, une communication personnelle avec une puissance divine (la prière) qui peut avoir lieu n’importe où à tout moment  mais aussi  divers rites, dont des prières en groupe, la célébration  de fêtes  dans un temple réservé à cette fin. Ce sont là les composantes essentielles de la liberté religieuse. Rien de tout cela ne perturbe les autres citoyens qui ne partagent pas les mêmes croyances.

-Pour quelle raison, alors, certaines religions semblent-elles exiger de leurs fidèles qu’ils extériorisent leur appartenance par des signes vestimentaires si ce n’est pour impressionner les non-croyants (en fait, les fidèles des autres religions) et tenter de les amener à joindre les rangs des premiers?  Cela s’appelle du prosélytisme. «Le prosélytisme désigne donc l'attitude de ceux qui cherchent à « susciter l'adhésion » d'un public, susceptible de devenir alors, pour tout ou partie de ce public, des «prosélytes», c'est-à-dire de nouveaux adhérents à leur foi ; par extension, le prosélytisme désigne le «zèle» déployé en vue de rallier des personnes à une doctrine5

--On entre dans une zone plus floue lorsque l’organisation qui encadre les croyants, l’église, tient  des réunions, processions et fêtes qui se  déroulent dans les rues. Le but de ces manifestations  est  assurément de conforter les membres dans leur adhésion à la religion en question mais aussi de démontrer aux autres la vigueur de cette dernière de manière à les inciter à se «convertir».

Il en va indiscutablement de même du port d’insignes religieux par des personnes qui ne font pas partie de l’organisation de l’église. Ils sont également  des prosélytes qui, tentent de cette façon d’en convaincre d’autres d’adhérer à leur église.

-- Ces manifestations sont en effet susceptibles d’irriter les membres des autres églises et de les inciter à faire de même soit en même temps soit peu de temps  après ce qui a de grandes chances de créer des rivalités qui vont conduire à des incidents déplorables, comme il a été démontré dans de nombreux pays.

-- En  ce qui concerne plus spécifiquement le port du voile, il ressort de plusieurs sources que le Coran n’exige absolument pas le port du voile ; il n’en parle même pas.6 

--  Il y a donc lieu d’encadrer ces marques de prosélytisme et il est tout à fait hypocrite de soutenir, à priori, que tout encadrement de ce prosélytisme brime la liberté de religion.  Dans les faits, toutes les libertés des uns sont limitées justement par le respect qui doit être accordé aux libertés des autres. Les règles de la circulation automobile sont un exemple que tous peuvent comprendre. Or les militants dont nous parlons refusent, a priori, toute limitation à la manifestation de l’adhésion à une religion et ils font preuve d’une hypocrisie certaine en voulant masquer leur prosélytisme.

--Enfin, une société dont la population  majoritaire accepte de neutraliser sa religion dans l’appareil étatique  démontre son désir d’entretenir des rapports harmonieux avec les diverses nouvelles communautés qui viennent s’implanter sur son territoire ainsi que son ouverture à ces dernières. Voir, dans  la Charte, un acte de xénophobie et de racisme  comme le soutiennent des professeurs de l’Université  Mc Gill est tout à fait odieux et indique à quel point le réflexe colonialiste d’une partie de la population anglophone de cette ville est prête à tout  pour avilir la société francophone au Québec même  et dans le reste du Canada.  

-- Il y a lieu de mettre en évidence les prises de positions adoptées par diverses personnes et divers groupes qui ont décidé de s’impliquer dans le débat

 

4- les parties au débat

Il ya évidemment les «pour» et les «contre»  mais il y a aussi les «observateurs onusiens» qui tiennent le pointage et penchent des deux côtés en même temps ou en alternance. Chaque catégorie a ses «excessifs» et «excessives». Étant donné que les «contre» ont été les plus nombreux à s’exprimer nous allons les garder pour la fin.

 

4.1 Les «Pour »

On retrouve dans cette catégorie 4.1.1  les partis politiques 4.1.2 les hommes politiques à la retraite   4.1.3 les groupes de pression et agents  politiques 4.1.4 les chroniqueurs, le 4ième pouvoir   

 

4.1.1. Les  Partis politiques

Il est tout à  fait légitime pour des hommes politiques de chercher à faire en sorte que leurs projets de lois ou d’autres sortes de mesures soient acceptés par la majorité de la population, à tout le moins recueillent une majorité de votes donc, normalement,  de sièges à l’Assemblée, notamment en s’engageant à adopter des programmes devant bénéficier à plusieurs des groupes ou segments qui composent la société. La recherche des votes fait donc partie du système. C’est l’essence même de la démocratie. Le fait que le parti au pouvoir soit minoritaire ou majoritaire ne change pas cette donnée fondamentale. Les partis d’opposition ont le même objectif lorsqu’ils critiquent les  projets gouvernementaux soit parce qu’ils privilégient certains groupes aux dépens  d’autres  soit parce qu’ils ne sont pas assez généreux, une espèce de surenchère. Bref, l’intervention de l’État permet de gagner des élections. Cette spirale explique l’état lamentable des finances publiques dans un grand nombre de pays occidentaux  

Certains s’indignent de ce comportement des partis  en le qualifiant d’électoralisme, ou de clientélisme. Ils observent que les partis disent ce que l’électorat veut entendre et non ce qu’il devrait entendre, les vrais problèmes. L’ennui est  que les partis qui se sont engagés  à une gestion  rigoureuse des fonds publics, à une réduction de la taille de l’État,  ou bien, ont été battus à l’élection suivante,  ou bien, n’ont jamais rempli leur promesse  et  n’ont plutôt fait qu’augmenter l’endettement. D’où le scepticisme grandissant de l’électorat et le machiavélisme accru des partis. L’électorat n’a plus qu’une solution changer de parti gouvernemental après deux mandats.

Certains ont voulu considérer le projet de charte des valeurs québécoises  comme un enjeu électoral «normal» et, partant, susceptible de donner lieu à de l’électoralisme, du clientélisme. Toutefois, parce qu’il touche à la structuration et au fonctionnement de la société, il nous semble que ces termes prennent  ici une signification  particulière et que l’enjeu est plus considérable.

Il arrive aussi que sur des enjeux majeurs, comme celui-ci, d’ex-ministres ou élus du parti au pouvoir  ou du parti d’opposition appuient  ou critiquent, selon le cas, ces projets. Leur contribution  devrait enrichir le débat mais si leur  argumentation n’est pas de qualité ils peuvent  davantage nuire à leur cause que l’aider.  

 

(i) La Coalition Avenir Québec

--  En août, ce parti d’opposition endosse globalement la Charte mais souhaiterait s’en tenir à la solution Bouchard Taylor c’est-à-dire la prohibition des signes ostentatoire ne viserait que le personnel en autorité. Il semble qu’il serait prêt à un compromis   (Le Soleil 27 août p.16 –  J. de Q. 29 aout p.7) (Le J. de Q.15 nov. P.10)

----En septembre la CAQ considère que la Charte n’est pas viable parce que d’une application trop compliquée (ex : la taille des signes – une police requise ?) (J.de Q. 11 sept. p.6)

---  Puis en novembre le Parti avise qu’il accepterait une extension de l’interdiction aux enseignants du primaire et du secondaire 7

 

(ii) Le Bloc Québécois (au palier fédéral)

Le Bloc Québécois donne son plein appui à la proposition du gouvernement du Québec 8

- Maria Mourani  déclare être en désaccord avec la charte en ce qui concerne l’interdiction du port des insignes religieux et préfère la position du Bloc sous  Gilles Duceppe laquelle épousait Bouchard-Taylor – applicable seulement aux personnes en autorité. Daniel Paillé le nouveau chef l’expulse. Une erreur grave selon divers commentateurs (Mario Dumont – J.de Q.14 sept. p.17- Michel Hébert  J.de Q 14 sept. p.10)

 

4.1.2  Les hommes politiques à la retraite

En principe, dépendant  de leur carrière ils peuvent avoir conservé un auditoire sensible à leurs opinions.

(i)--Joseph Facal, ex-ministre PQ (Le Journal de Québec)

(a) L’avis de la Commission des droits de la personne contre la Charte est compréhensible parce que cet organisme ne raisonne que sur la base des droits individuels (J. de Q 21 octobre  p.18)

(b)  Il rappelle que Jacques Parizeau a déjà ENVOYÉ LE RAPPORT Bouchard Taylor dans la filière 13  (J.de Q. 9 oct. p.16).

(ii)-- Bernard  Landry, ex PM- PQ

 «Selon lui, les enseignants «sont en position d'autorité morale et intellectuelle». En conséquence, ceux qui exercent ce métier doivent être neutres «de la maternelle à l'université» afin que leur religion n'exerce pas directement ou indirectement une influence sur les élèves.

M. Landry se méfie aussi de l'idée d'accorder des exemptions institutionnelles ou géographiques. D'après lui, le fait d'ouvrir la porte à des exceptions équivaudrait à favoriser «la fragmentation», la création d'une «courtepointe». Une telle pratique serait une façon, non pas de rassembler les Québécois, mais bien de les diviser, ajoute-t-il.» 9

 

4.1.3  Les groupes de pression et agents politiques

(i) Les Janette  (féministes)

Réunies derrière Janette Bertrand 20 femmes, plus ou moins connues, ont organisé une des principales manifestations en faveur de la Charte- les plus courageuses sont assurément Djemila Benhabib et Abla Faroud. (J de Q, 17 oct. P.5-6) Bien entendu, elles ne considèrent que les signes ostentatoires portés par les femmes, en  particulier le hijab lequel est, bien entendu aussi, un signe de subordination de la femme à l’homme. Et quand l’homme porte un  tel signe ? Il se subordonne à qui ?

Il est franchement décourageant de constater qu’encore une fois  les féministes ont  fait dévier  le débat dans le sens de leur vision univoque. Elles   ont voulu nous amener  à voir dans l’opposition au port des signes religieux ostentatoires  une lutte uniquement  entre les «pour» ou les «contre» le principe de l’égalité homme femme, comme si ce principe était supérieur aux crédos religieux. Elles font semblant d’oublier que les hommes portent aussi des signes ostentatoires et qu’ils sont aussi concernés par cette interdiction.  On aurait aimé que des groupes de femmes appuient la Charte sans se baser sur «le principe de l’égalité homme-femme» tout simplement parce que la laïcité des institutions de l’État est désirable pour  tous les citoyens de toutes origines. 

(ii) Pour les droits des femmes du Québec (PDFQ) (féministes)

Le groupe PDF-Q défend la laïcité telle que défendue par la charte du ministre Bernard Drainville, alors que, de son côté, la FFQ ne croit pas que cette loi soit l’outil adéquat pour assurer l’égalité entre hommes et femmes et prévenir une montée de l’intégrisme religieux10

(ii)  Quelques  associations arabes et musulmanes   

-- l’Association  Amitié Québec-Kabylie (Rachid Badou, président) et L’Association des musulmans et des Arabes pour la laïcité (AMAL) se sont portées à la défense de la Charte (368 signatures) «Dans notre pays d’origine nous avons vécu l’émergence du mouvement islamique qui a mise de côté la liberté individuelle et la démocratie. Nous ne voulons pas revivre cela. Nous voulons être identifiés en tant que citoyens québécois plutôt que par notre religion  »  (Jo. de Q. 19 sept. P.15). Étonnamment, les médias ne font presque pas état de ces déclarations. Ils ne le font pas non plus pour les communautés juive et sikhe  mais dans leurs cas cela se comprend puisqu’elles ne se sont pas prononcées.

 

Excessive

--Denise Filiatrault : «Celles qui portent le foulard  sont folles ». Elle s’est excusée le lendemain.

-- Janette Bertrand : «La liberté de religion semble menacer l’égalité homme-femme- Les femmes seraient encore sous la domination des hommes et du clergé si le gouvernement n’avait pas légiféré, elles n’auraient pas encore le droit de vote; Les hommes ont toujours utilisé et utilisent encore la religion pour dominer les femmes»  

- Et, bien entendu  les éternelles «Femen» dont la technique est aussi invariable que débilitante.

Le Journal de Québec 2 oct. p.10

 

4.1.4  Les chroniqueurs, le 4ième pouvoir  

Leur influence est certaine même si certains peuvent démontrer une certaine difficulté à ne pas verser eux-mêmes  dans une propagande voisine des partis politiques.

(i)--Richard Martineau  (Le Journal de Québec)

Il a écrit au moins une dizaine de chroniques sur le sujet entre le 21 août et 9 novembre. Sa plus éclairante est celle du 21 août  (p.6) «La Poutine idéologique de Charles Taylor » dans laquelle il relève que ce dernier s’inquiète de la « tentation laïque» ici mais aucunement de l’absence de liberté religieuse dans les pays où sévit l’intégrisme. Le 10 octobre (p.6)  il  souligne  l’ironie de la situation où la communauté juive de Montréal pourfend la Charte  tandis que Mindy Pollack, juive orthodoxe, interrogée par Dutrisac sur 98,5, avoue qu’elle ne serre pas la main  des hommes et qu’elle doit demander conseil à son rabbin avant de répondre à certaines questions. Le 9 novembre (p.6) il rapporte que le Collectif contre l’islamophobie déclare avoir reçu 117 plaintes (agression verbale ou physique) contre des musulmans (surtout des femmes voilées) depuis le lancement du débat sur la Charte, mais, selon le SPVM les statistiques n’indiquent aucune augmentation des crimes haineux contre la communauté musulmane. Il invite donc cette communauté à rapporter les faits au service de police et dénonce indirectement cette manipulation. Le 16 novembre (p.6) il souligne la grande confusion dans laquelle nage le PLQ à la suite de la controverse sur le port du tchador, appuyé pare le député Tanguay mais rejeté par la député Fatima Houda-Pépin.  

(ii)-- Christian Dufour

-- «Il n’y a que la Cour suprême du Canada sur la planète pour considérer comme un droit fondamentale le port de signes religieux ostentatoires par des fonctionnaires »  (J.de Q.11 sept.p.16)

 -- La Charte devrait s’appliquer aux enseignants à tous les niveaux (garderies incluses) et que le crucifix à l’Assemblée devrait être conservé car c’est un symbole historique (J.de Q.13 oct. p.16). La CAQ dispose d’un as (J. de Q.10 nov. P.16)

(iii)-- Mathieu-Bock Côté

-- «La tyrannie d’une minorité- les multiculturalistes ont décidé de reprogrammer l’identité nationale des Québécois (J.de Q. 30 août p. 15)  

-Il s’agit de remplacer le multiculturalisme. Un principe est rappelé : c’est aux immigrants de s’adapter à la société d’accueil pas l’inverse. Il s’agit aujourd’hui de conjuguer notre vieil héritage catholique avec les exigences d’une laïcité moderne. Quant au «Quebec bashing» dans les médias canadiens-anglais ; laissez faire et laisser braire. (J. de Q 21 août  p.17)

- Les gentils (anti-charte) se rangent sous la bannière des droits fondamentaux, ils sont ouverts ,généreux ,urbains, tolérants ,accueillants, hospitaliers inclusifs de valeureux démocrates, inquiets de la réputation du Québec à l’étranger, ils espèrent la punition correctrice des tribunaux, laissés à eux–mêmes (sans la confédération), les Québécois se laisseraient aller à la dictature. Les méchants (pro-charte) sont des xénophobes naturels, ruraux  manipulés par des politiciens cyniques qui excitent leurs basses passions par électoralisme» (J. de Q. 13 sept. p.16)

 (iv)-- Jacques Brassard (Chroniqueur et ex-ministre PQ)

Il rejette les accusations de racisme, xénophobie, d’islamophobie et de discrimination portées par certains musulmans du Québec. Il rappelle les massacres des chrétiens dans des pays musulmans, l’impossibilité pour eux d’y avoir des églises. Par comparaison, l’interdiction du port de signes ostentatoires dans le secteur public n’est manifestement pas du même ordre.(J. de Q. 20 sept. P.6)

(v) - Mario Dumont (ex-chef de l’ADQ - devenu  la CAQ- et chroniqueur) 

Est-ce par une stratégie de génie que le PQ a déplacé le débat sur les signes ostentatoires  de manière à obtenir un consensus sur l’encadrement des accommodements raisonnables  ou est-ce un fait accidentel ?  (J. de Q. 26 sept. P.19)

(vi) Michel Hébert  

«Les masques tombent. (…) Ca prend du courage pour relancer le débat sur la laïcité et  remettre en cause le laissez-faire que favorise l’élite fédéraliste, entichée de multiculturalisme ».Les masquent tombent actuellement (J.de Q. 1 sept. p.12)  

 

« Tchador de la discorde» Fatima Houda-Pépin «Le Tchador est l’expression même de l’oppression de la femme.  Philippe Couillard est devant un casse-tête. (J.de Q. 16 nov. p.10)

Le projet de Charte des valeurs du Parti québécois force la CAQ er le PLQ à se positionner dans le débat sur les accommodements raisonnables 

 

 

 

 

(vii) Didier Fessou a écrit «Choquant de vérité» à propos de l’ouvrage de Thilo Sarrazin «L’Allemagne disparaît » qui, paru en 2010, a été tiré à 2 millions d’exemplaires  (Le Soleil, 29 sept. 2013 p. 31)  Il s’agit, à notre avis,  de la chronique la plus pertinente sur le sujet. Nous la reproduisons intégralement ci-dessous

Nous avions écrit,  en 2008,  dans «L’égalité de fait entre les femmes et les hommes : Chap. 4 sect. 2.13 «  «Bientôt la minorisation du peuple québécois» …et  au Chap. 5  sect.13. «En vue, la désintégration de la société québécoise».  

  

4.2  Les «Contre»

Nous faisons état ici des réactions enregistrées à l’égard  des propositions de la Charte et  avant le dépôt de la Loi 60  Nos conservons les mêmes groupes : 4.2.1 les partis politiques 4.2.2 les hommes à la retraite   4.2.3 les groupes de pression et agents  politiques 4.2.4 les chroniqueurs     

 

4.2.1 Les partis politiques

 

Scène provinciale

(i) Le Parti libéral

Dans un premier temps, «Philippe Couillard (chef du Parti Libéral du Québec) prévient le gouvernement de Pauline Marois qu'il faudra lui «passer sur le corps» avant d'adopter une charte qui institutionnalise une «discrimination à l'emploi» et a ouvertement invité la première ministre à déclencher des élections 11` En ce qui a trait à l’interdiction du  port des signes religieux il s’en tient aux recommandations du rapport Bouchard-Taylor, les juges, procureurs et policiers. Toutefois, il l’appliquerait aussi  aux  voiles couvrant le visage -le hijab et la burqa- et s’interroge  sur le cas des gardiens de sécurité dans les hôpitaux (Le Soleil 6 sept. p.17)

En octobre 2013, le député Marc Tanguay  (La Sapinière)  déclare qu’il serait ravi qu’une élue (libérale) porte le tchador. Cette déclaration  avait soulevé l’ire de sa collègue la   députée Houda-Pépin (originaire du Maroc, la seule musulmane élue) qui en 2005 avait fait adopter une motion unanime de l’Assemblée contre l’établissement de tribunaux islamiques ici. M.  Couillard le chef du Parti Libéral déclare aussitôt qu’il ne signerait pas la mise en candidature d’une personne qui porterait un  tchador et demande à Mme Houda-Pépin de s’expliquer devant le caucus. Mais lui-même ne résout pas la contradiction de sa politique puisque ce parti  accepterait qu’une policière porte le tchador mais non une candidate à l’élection. Le 13 novembre M. Houda-Pépin  claque la porte de la réunion  du caucus ; «un  geste de rupture» déclare M, Couillard. Il demande à Gilles Ouimet, député, ancien  Bâtonnier, de rédiger  un projet de loi compatible avec la Charte des droits (J.de Q. 16 nov. p. 6-7- 10 -18).)  

  

(ii) Québec Solidaire

-- Il s’en tient au rapport Bouchard –Taylor – l’interdiction des signes religieux se limiterait aux employés de l’État avec pouvoir de coercition (juges, policiers) mais il  serait défendu à tous de faire du prosélytisme.

--Québec solidaire accueille favorablement plusieurs orientations proposées par le ministre Drainville. Notamment l’inclusion dans la Charte des droits et libertés du principe de laïcité, la dispensation des services publics à visage découvert, les balises encadrant les accommodements religieux et le devoir de neutralité des employés-es de l’État. Par contre, sur le port de signes religieux par les employés-es de l’État et des institutions publiques, la position du gouvernement ne tient pas la route et aura des effets néfastes sur le terrain. 12

 

4.2.2 Les hommes politiques à la retraite

Jacques Parizeau, M. Parizeau estime que l'interdiction des symboles ostensibles ne devrait s'appliquer qu'aux postes d'autorités dotés d'un pouvoir coercitif comme les policiers, les juges et les procureurs. « Je n'irais pas plus loin pour le moment », (en somme, le Rapport  Bouchard-Taylor).

(J. de Q., 3 oct. p.4) 13

Pourtant «En 2008, il affirmait que le rapport Bouchard-Taylor était « abstrait et fumeux » et qu’il fallait l’envoyer « dans la filière 13, le mettre dans un tiroir et l’oublier ». Il voyait, dans ce rapport, « une sorte de mépris du Canadien français qui [lui faisait penser] à Pierre Elliott Trudeau»14

Lucien Bouchard

Après Jacques Parizeau, c'est au tour de Lucien Bouchard de soutenir que la Charte des valeurs québécoises proposée par le Parti québécois va trop loin et doit être assouplie. Il plaide aussi pour le retrait du crucifix de l'Assemblée nationale.

Dans une entrevue accordée à La Presse et publiée ce vendredi, M. Bouchard indique que les propositions faites jeudi par Jacques Parizeau représentent «le bon sens».15

Gilles Duceppe

 «Affirme en substance que l'interdiction de porter des signes religieux ostentatoires devrait concerner uniquement les employés de l'État qui représentent l'autorité, comme les juges ou les policiers. En cela, il suit la ligne des anciens premiers ministres Jacques Parizeau, Lucien Bouchard et Bernard Landry.

Selon M. Duceppe, une kippa ou un foulard portés par un médecin ou une éducatrice en garderie ne contreviennent pas au principe de neutralité de l'État, puisqu'ils ne le représentent pas directement. Même chose pour les professeurs, qui doivent toutefois s'assurer « qu'il n'y ait aucun prosélytisme dans tout ce qui est enseigné16 .

Excessif  

Jean-Marc Fournier, ex-ministre Libéral, associe la Charte de la laïcité à «la nuit de cristal», durant laquelle, en 1938, Hitler fit détruire les magasins appartenant à des  Juifs  partout en en Allemagne et en Autriche. C’est délibérément que  Fournier a relié le PQ  au nazisme de manière à renforcer ainsi le préjugé tenace que plusieurs anglophones et allophones entretiennent contre ce parti et l’Identité québécoise.17

Scène municipale

Les quatre candidats `à la mairie de «Montréal

Denis Coderre  «On ne doit pas hiérarchiser les droits, mais si la Charte passe, j'irai devant les tribunaux comme maire. On ne peut pas se définir comme une métropole fondée sur la diversité culturelle avec en mains une charte qui dit que l'intégration, c'est l'uniformité.  On va travailler pour s'assurer que cette charte-là ne voit pas le jour. Malgré tout, si elle passait, c'est sûr que l'exemption serait appliquée. Il demande une exception  pour Montréal. (J.de Q. p19 sept. P.15)

Marcel Côté  « Ce n'est pas une grande journée pour le Québec aujourd'hui et pour Montréal. C'est une véritable gifle. Il ne faut pas oublier qu'à Montréal, 40% de la population est soit née à l'étranger, soit de minorité visible. Il y a beaucoup de ces gens-là qui portent le turban, portent le voile, la kippa. Ces gens-là ont des droits, on les respecte. Il n'y a pas de problème à Montréal ».

Richard Bergeron« J'estime malheureux que l'accès à l'emploi qui est le mode d'intégration par excellence des nouvelles communautés, tout particulièrement des femmes, soit désormais limité puisque l'on parle de l'emploi dans le secteur public, les écoles primaires, les écoles secondaires, les CPE

Mélanie Joly On trouve que la démarche gouvernementale ne sert en rien Montréal. Montréal est un exemple d'harmonie et la charte ne va que diviser la population. Dans le contexte de notre administration, il est évident qu'une des premières résolutions que nous allons adopter c'est de nous soustraire par rapport à cette charte.18

Il est assez  navrant  de constater qu’en octobre 2013,  les quatre candidats à la mairie de Montréal se sont  prononcés contre  cette charte.  Il paraît évident que toutes ces années de propagande diffusée par les tribunaux et les médias bien pensants contre les discriminations de toutes sortes, mais  principalement contre  les prétendues iniquités imposées aux femmes, ont fini par priver ces populations de leur capacité de discernement et rendu les politiques complètement couards.  

 

Scène fédérale

Justin Trudeau

Dans un discours prononcé à l'Île-du-Prince-Édouard en marge du caucus de son parti, M. Trudeau a dénoncé le projet du gouvernement québécois de Pauline Marois, alors qu'il soulignait le 50e anniversaire du discours de Martin Luther King, « I have a dream ».

 « Ces jours-ci, quand on réfléchit au 50e anniversaire de ce discours magnifique du Dr King, qui refusait la ségrégation, qui refusait la discrimination, qui refusait de permettre de croire qu'il y avait des citoyens de seconde classe, on voit malheureusement que même aujourd'hui, quand on parle, par exemple, de cette idée de charte des valeurs québécoises, qu'il y en a encore qui croient qu'il faut choisir entre sa religion et son identité québécoise, qu'il y a des gens qui sont forcés par l'État québécois de faire des choix irresponsables et inconcevables », a-t-il lancé devant une foule conquise. « Nous, les libéraux, allons toujours être là contre cette intolérance et cette division », a-t-il poursuivi19

Thomas Mulcair

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, a servi une mise en garde au gouvernement Marois lundi: si la Charte des valeurs québécoises s'écarte des recommandations de la Commission Bouchard-Taylor, le NPD entend s'y opposer farouchement 20

Le Gouvernent  Harper

Le gouvernement de Stephen Harper s'engage à défendre « vigoureusement » la liberté de religion et à combattre la Charte des valeurs québécoises s'il juge qu'elle contrevient à la constitution canadienne et à la Charte des droits et libertés que le premier ministre Pierre Tudeau y a ajouté lors du rapatriement unilatéral de la Constitution en 1981-1982 21-

 

4.2.3 Les groupes de pression

(i) Les groupes féministes --

--- «Les inclusives»

«-L’émancipation de la femme ne passe pas par l’interdiction des signes ostentatoires

-Cette interdiction attaque le droit d’exprimer ses convictions religieuses

-L’autonomie de la femme passe aussi par sa liberté de prendre des décisions pour elle-même y compris religieuses

-La Charte des valeurs québécoises stigmatisera des minorités religieuses en les éloignant de la fonction publique

-La Charte de corrige pas une inégalité comme l’instauration  du droit de vote aux femmes mais en créera d’autres »

Le Soleil, 22 sept. 2013 p.4-5 «Entre les injures et les tapes dans le dos»

Photos prises lors d’une manifestation à Québec

= La  Fédération des femmes du Québec

 «Toutefois, l'interdiction de porter des signes religieux visibles par les travailleuses et les travailleurs de l'État au nom des valeurs québécoises, s'appuie sur une fausse présomption à savoir que les croyant-es n'adhèrent pas aux valeurs québécoises. « Faire disparaître les signes religieux du personnel de la fonction et des services publics fera plutôt disparaître des emplois précieux pour des femmes croyantes qui, en majorité, adhèrent au même titre que les autres Québécois-es aux valeurs telles la justice sociale, l'égalité et la solidarité et qui agissent déjà en toute neutralité », souligne Madame Alexa Conradi, présidente de la FFQ. »,22

 

(ii) Les droits de l’hommistes 23

--- Amnistie internationale – s’oppose à la fois à l’obligation faite aux femmes de porter le voile et à l’interdiction de le porter comme le propos la charte  dans la fonction  publique – cette interdiction défavorise doublement les femmes. Des enfants ont pris part à la manifestation - 200 personnes :

« Ne touche pas au voile à maman ».Malheureusement la manifestation a eu lieu un samedi, jour du Shabbat, et la communauté juive a donc été exclue.(J.de Q.22 sept. p 3)

----La Commission des droits de la personne et Jacques Frémont son  président

La Charte est en nette rupture avec la Loi. Ses orientations compromettent les droits fondamentaux  Elle traite de manière erronée la neutralité de l’État. La neutralité s’applique à l’État pas à ses agents. Contrairement à la pratique la Commission n‘a pas attendu le projet de loi avant de transmettre cet avis (Le Soleil 18 octobre –p.5)

Rien dans la Charte des valeurs québécoises  n’est acceptable car elle va à l’encontre de la Charte  canadienne des droits, même le compromis de Bouchard Taylor doit être rejeté.( Christian Dufour J.de Q. 20 oct. p.16)

--- Les professeurs de droit Sébastien  Grammond et Pascale Fournier (U,O),Jean-Francois Gaudrault–DesBiens (UM),Pierre Bosset et Louis-Philippe Lampron (UL) « L’affirmation selon laquelle le port de signes religieux ostentatoires est en soi une forme de prosélytisme est dépourvue de fondement  factuel et les tribunaux risquent forts de la rejeter du revers de la main.(…) Si un individu reçoit  des services de la part d’un  fonctionnaire porte des tatouages il sait fort bien que cela ne traduit aucune politique de l»’État mais plutôt un choix de l’individu. Il en va de même des signes religieux qu’un fonctionnaire peut porter. Une interdiction mur à mur n’est donc pas nécessaire pour assurer la neutralité de l’État. (…) Les tribunaux comparent la gravité de la violation des droits individuels et les effets bénéfiques de la mesure. Pour les personnes qui devraient choisir entre respecter les préceptes de leur religion et quitter leur emploi, les conséquences sont graves alors que les bénéfices relatifs à la promotion de la neutralité de l’État apparaissent tenus. C’est d’autant plus vrai que les membres des communautés culturelles dont encore sous-représentés dans la fonction publique. De façon générale, les tribunaux se sont montrés fort réticents à avaliser des restrictions à la liberté de religion au nom d’objectifs d»’ordre symbolique ou esthétique ou en vue de calmer les appréhensions de la majorité. (…) Soulignons que l’analyse que nous proposons ici est fondée sur les décisions de la Cour suprême du Canada   

(J de Q 16 sept. p.20)      

--- Gilbert Rozon (chroniqueur invité)

«La Charte des étranges »Je ne me sens pas menacé par les musulmans. Nous ne sommes pas au Moyen-âge. Qui a besoin d’une guerre de religion ? (…) Je crois vraiment au métissage des idées, des cultures, des humains. (J. de Q. 2 nov. p.21) «On entretient une lutte entre juifs et musulmans (…) Je ne crois pas que l’on ait besoin d’une charte des valeurs ou de la laïcité. Je crois que nous sommes laïques et que les lois y sont pour peu. (…) I faut être cohérent  et faire disparaître la croix sur le Mont-Royal et sur le drapeau. Je ne suis pas inquiet (J. de Q, 7 nov. p.18)

 

(iv) Les églises,  alliés naturels

-- L’Association  des évêques du Québec

Les évêques estiment que la Charte pourrait mettre en péril la liberté de croyance des citoyens Mgr Cyprien «Lacroix «Avec cette Charte c’est une minorité qui vent contrôler une majorité. C’est exactement le contraire de ce pour quoi est faite une charte » (J. de Q 20 sept. p.22)

«Nous croyons que l’État doit être laïc mais nous ne voyons pas d’objection à ce qu’un employé de l’État  porte un insigne religieux. Cependant ce n’est parce que l’on porte une croix ou un turban que cela nous permet de faire la promotion de sa religion»  24

 

4.3    Les chroniqueurs -  

-JJ. Samson – (a)la charte ne passera pas le test de la moindre atteinte aux droits  (b) affirmer la suprématie des « de souche» sur «les autres» =xénophobie (c) renforcement de l’égalité homme femme est superflue (d) contradiction en ce que sont maintenus les noms des saints, la croix sur le Mont-Royal etc.au n om de l’histoire  (-J de Q 8.nov. p. 18)

--Josée Legault

--Le gouvernement semble peu intéressé à ouvrir un vrai débat .Il profit d’un battage publicitaire valant 2 millions de dollars. Il refuse la branche d’olivier de Québec solidaire (J.de Q.10 oct. p.19) 

-- L’avis de la Commission des droits de la personne  est un coup de semonce. Elle a décrété que la Charte allait à l’encontre de la Charte des droits des droits et libertés (J. de Q 18 oct. p.19)

- Au lieu de la cohérence c’est une tour de Babel (on ignore les élus de Montréal - l’électoralisme est justifié lorsqu’il cause moins de dommage que de bien (J de Q 8 nov. P.19)

-- Benoît Aubin : «Comme n’importe quel démocrate d’Occident je grogne quand le gouvernement utilise son pouvoir pour interdire des choses «(cegeps en anglais, menus en italien, le turban) ou pour imposer des valeurs , Mais c’est la raison pour laquelle le pose de tels gestes qui m’en éloigne. Le discours nationalistes est devenu pessimiste devant l’avenir, nostalgique et sur la défensive devant le présent. Le Québec a besoin de se projeter dans l’avenir pas de s’en protéger)  (J.de Q 8 sept. p.15)

--  Il faudrait expliquer au citoyen en quoi un policier sikh qui porte un turban serait moins fiable qu’un policier sikh qui porte un képi.(   )…pourquoi un médecin juif portant la kippa pourrait opérer à dans un hôpital ¨dispensé et non dans un autre- c’est  donc l’habit qui fait le moine.» (J.de Q.10 sept p.17).

-- Le gouvernement péquiste espère un échec de la charte parce que les responsables seront la Cour suprême, les libéraux de Couillard, les chroniqueurs bien pensants, les élites décrochées  qui ont intériorisé le multiculturalisme. Donc faute d’une crise le PQ en fabrique une. (J. de Q. 15 sept. p.15)  

-- Le Devoir dit que selon le sondage Léger l’appui à la Charte se solidifie alors que selon la Gazette  les Québécois sont toujours aussi divisés – Il déduit des chiffres que 59% des francophones n’appuient pas le PQ (il additionne les intentions de  vote à la CAQ 19% et au PLQ 26% ce qui devrait donner 45% et non 59%  alors que le PQ recueille 41% ) (J.de Q 13 oct. P.17)

- Le PQ cultive une mentalité d’assiégés  peur des autres, peur du Canada, peut de l’avenir et trop heureux de chialer chaque fois que le National Post écrit un éditorial critique. Le Québec qui parole en ce moment c’est Hérouxville, sans envergure, passéiste qui a peur Ce Québec me tue». (J.de Q. 20 oct. p.17)

-- Drainville annonce qu’il va apporter des modifications au projet de Charte même si le projet de loi n’est  pas encore déposé, ils font du théâtre politique sur notre dos; ce n’est pas le mandat que nous leur avons confié. (J.de Q.23 oct. p..18)

--«Rendre les minorités invisibles ne les fera pas disparaitre- D’accord avec les Janette selon lesquelles les hommes se sont servies de la religion – la religion musulmane en particulier pour dominer les femmes (…) Tenter de camoufler les minorités visibles en les privant de leurs droits d’exprimer ce qu’elles sont ne fait rien pour résoudre le problème de leur intégration  et tout pour l’exacerber (J, de Q.16 oct. p.18)

-- La  Charte n’est pas une priorité. Le PQ est un parti prophétique des années 1960 (J. de Q. 10 nov. P. 17)

-- «Xénophobes, nous ? Oui.  Le Québec est une société parfaitement ouverte et tolérante, prête à accueillir tout le monde en son sein, à la condition, cependant que «ces gens-là» parlent le français et qu’ils s’abstiennent d’afficher en public ce qui les distingue de nous.(…)  (Les musulmans) Leu croissance en nombre et la détermination avec laquelle ils refusent de s’assimiler nous énervent et nous fait craindre.  (…) C’est malheureux qu’on ait tenté de camoufler cette intolérance, cette xénophobie cette insécurité existentielle par pudeur, ou par rectitude politique» (…) L’école y est peut-être pour quelque chose ? ( J. de Q. 24 nov. p.15)

-- Denise Bombardier

--La laïcité est une valeur non pas québécoise mais universelle- Gouvernement minoritaire- Le machiavélisme transpire dans cette urgence à débattre de cette charte. Mais le plus grave est cette irresponsabilité sociale de nous entraîner dans des combats aussi épuisants que coûteux (…) En ce sens la laïcité est instrumentalisée, détournée de son objectif dans l’espoir de convaincre une majorité de Québécois de reporter au pourvoir le PQ.» (J. de Q. 22 août p.17) 

-- Derrière l’appui à la charte il y a la crainte de disparaître sous l’afflux d’immigrants –lui-même engendré par notre dénatalité et notre incapacité à  contrôler le premier efficacement -. La femme voilée est  le bouc émissaire de notre psyché collective»  (J. de Q. 5 sept. p.17)

-- C’est une charte électoraliste. «Elle nous rend vulnérables, aliène les immigrants et révèle, par ses contradictions (retrait possible des hôpitaux, signes ostentatoires permis pour les élus), notre frustration d’avoir à partager le Québec avec des citoyens dont la foi affichée contredit à nos yeux notre laïcité nouvelle et légitime»  (Le J. de Q. 12 sept. p.19)

--La Charte est en train de diviser les francophones et les anglophones. Ces derniers voient dans les premiers des racistes et des xénophobes.  Après le dérapage c’est la collision

(J.de Q. 17 oct. P.20)

-- Elle condamne la sortie incendiaire de Jean-Marc Fournier sur la nuit de cristal et la Charte (Le J. de Q. 16 nov. p.20)

--Nathalie Elgrably-Levy

--Incohérence ostentatoire; exclusion des bijoux de petite taille,(qu’est-ce qu’une taille petite?), le nombre de bijoux, les signes non religieux seront-ils permis (chapeau de «Cowboy»)?  Cette charte ne réglera rien; Ce n’est pas un signe de courage mais de lâcheté parce qu’elle ne s’attaque pas à l’islamisme (J. de Q 12 sept. p.19)

-- Il n’est pas vrai comme le soutient B.Drainville pour justifier la Charte  que tous les québécois sont traités également et équitablement : ex  impôt progressif, crédits d’impôts multiples, dont pour REER syndicaux, subventions aux femmes pour occuper des emplois masculins, etc. (J.de Q.19 sept. p.19) 

-- Gilles Parent

«Non seulement les péquistes viennent de renoncer à essayer de séduire les minorités qui vivent au Québec en évacuant le discours d’ouverture, de tolérance et de liberté jadis cher aux ténors du parti, ils suscitent la grogne chez les plus grands défenseurs de l’option, irrités par tant d’intolérance et d’incompréhension  (il fait allusion  à la sortie intempestive de la présidente du Conseil du statut de la femme) (J. de Q. 28 sept. p.21)

-- Dominic  Maurais  

(a) Le PQ veut se faire dire Non par la Cour suprême

(b) Nous contrôlons notre immigration  mais nous choisissons par facilité des maghrébins musulmans parce qu’ils parlent français

(c) Une Charte Don Quichotte  contre le péril voilé auto fabriqué

(d)  En quoi une prof non voilée rendra le cours d’éthique et culture religieuse moins accommodant (d) Comment va-t-elle empêcher les fondamentalistes chrétiens ou les barbus islamistes de passer leur message où qu’ils soient dans l’appareil de l’État

(e) Qui va agir comme curé de la verge,…chassant l’ostentation? 

(f) le fonctionnaire fautif sera défendu comment?

(g) Qu’est-ce qui est le plus ostentatoire une croix de 10 cm en bois ou une croix de 8 cm en plastique rose nanane?

(h)Laquelle sera expulsée, la musulmane qui porte un voile et l’athée qui le porte aussi parce qu’en  traitement de chimio?  

(Le J. de Q. 9 novembre  p.19)

--L’.insulte est devenue une arme enregistrée par le milieu antiartistique contre ceux qui s’opposent à la Charte. Merci au PQ nous traversons un pénible cyclone émotionnel. Drainville refuse de considérer l’avis de la Commission des droits de la personne (J.de Q.19 oct.p.22) 

-- M. Maurais animateur de   «Maurais LIVE» FM 98.1- a été déculotté par Bernard Drainville lors de son émission  du lundi matin du 11 novembre 2013

-- Maurais :«La Charte, c’est pas le moment ---il y a des problèmes plus importants»

- Drainville :  «Vous dénoncez régulièrement  les gouvernements qui ne mettent pas leurs culottes -«Nous les mettons dans un dossier qui traîne depuis 2006 mais  là vous critiquer encore»

- Maurais : «La Commission des droits de la personne s’est prononcée contre la prohibition du port du hijab  Dans quelle poubelle retrouve-t-on  cet avis ?

 - Dainville :« Seulement si la personne travaille dans le secteur public . La même commission s’est aussi objecté à l’obligation d’être à visage découvert pour transiger avec l’État»  et pourtant vous êtes aussi en faveur de cette obligation.

-- Excessifs

Charles Taylor  a comparé Drainville à Poutine. Il ne s’est pas encore excusé.

-- Adil Charkaoui Collectif québécois contre l’islamophobie et Salam Elmenyawi Conseil musulman de Montréal tous deux militants de la Charia .Il est difficile de ne pas leur accorder le premier prix de l’hypocrisie  et de la manipulation quand on sait ce que contient la Charia 25. 

--  Sugar Samy (humoriste)  fait plus confiance  à Rob Ford (le maire de Toronto, toxicomane et alcoolique)

-- Dix-neuf psychiatres de l’Université. McGill ont déclaré que la Charte des valeurs québécoise allait provoquer des perturbations psychiques et mentales chez les  minorités religieuses.26

-- Julie Miville-Dechême, présidente du Conseil du statut de la femme qui a dénoncé la nomination de quatre nouveaux membres par le gouvernement, toutes favorables à la Charte (J.de Q. 20 sept. P.15) . Elle voulait lancer une étude de l’impact de l’interdiction des signes religieux la Charte sur les femmes.

 --Jean-Paul Gagné (« La Charte sur la laïcité en 13 mots clés» Les Affaires 16 nov. 2013 p.10)

-- «Les balises sur les accommodements risquent de susciter bien des controverses, la Charte invalidée par la Cour suprême va être utilisée lors du prochain referendum sur l’indépendance du Québec, discrimination en emploi dans la fonction  publique  contre ceux qui portent des signes ostentatoires, le principe de l’égalité homme femme est déjà inscrit dans la Charte des droits, le PQ compte gagner les prochaines élections avec les «pure laine»,ce projet a contribué à augmenter les cas d’intimidation contre les femmes voilées, aucune religion n’est promue mais  tolérance des éléments emblématiques et toponymiques du patrimoine, les membres des communautés culturelles songent à quitter le Québec, le ministre va imposer des règles à défaut pour les organismes de le faire,(…) l’interdiction de signes et de vêtements associés à d’autres religions que la leur rejoint le vieux fond xénophobe encore présent dans le subconscient de bien des francophones pure et catholique »  

Cette contribution  est très décevante – on s’attendait à beaucoup mieux de la part de ce périodique – Mais, dans un autre contexte, qu’ont fait les Britanniques lors de la dernière guerre sinon protéger leur identité tout en préservant la démocratie ?)

 

5- Les résultats  Une population divisée

--Les sondages  

5.1--- Léger  (Journal de Québec ) 16 septembre   27

Êtes-vous favorables ou défavorables au projet de charte des valeurs québécoises ?

Total

Francophones

Anglophones

Favorable

Défavorable

Pas d’opinion

Favorable

Défavorable

Pas d’opinion

Favorable

Défavorable

Pas d’opinion

43%

42%

16%

49%

34%

17%

15%

72%

13%

 

LES DIX VÉRITÉS DE L'OPINION PUBLIQUE 28

Remettons Ie tout en perspective et regardons objectivement ce qu'en pensent les Québécois.

1) Il y a un écart considérable entre ce que les élites disent et ce que Ie peuple pense. Contrairement à ce que laissent croire la plupart des medias, les Québécois souhaitent résoudre la question des accommodements raisonnables et sont favorables à 1'interdiction des signes religieux visibles dans la fonction publique.

2) Le Québec est encore divise Quarante-neuf pour cent des francophones appuient Ie projet de charte et 34 % s'y opposent alors que seulement 15 % des anglophones soutiennent Ie projet de charte et 72 % s'y opposent. Nous observons une division sur les plans linguistique, territorial, générationnel et partisan.

3) Un débat partisan Le niveau d'appui au projet de charte a chute de 57 % a 43 % au cours des dernières semaines. Les libéraux et allophones, plutôt partages au départ, sont devenus radicalement contre. Quatre-vingts pour cent des péquistes appuient IE projet de charte alors que 70 % des libéraux s'y opposent.

4) Partage sur Ie principe, mais d'accord sur son application. Plus Ie gouvernement présente des cas concrets et plus les gens y sont favorables. Ils sont favorables à encadrer tous les cas d'accommodements religieux, à interdire les signes religieux dans la fonction publique et à exiger que Ie visage soit toujours a découvert.

5) Un débat montréalais Contrairement a la croyance populaire, ce sont les francophones de Montréal qui sont les plus favorables au projet de charte. Soixante et un pour cent d'entre eux souhaitent 1'interdiction des signes religieux. Les allophones sont deux fois plus favorables à l'interdiction de signes religieux que les anglophones.

 6) Un débat de génération Les jeunes sont désintéresses et plutôt défavorables au projet de charte alors que les plus vieux sont davantage préoccupes par Ie débat identitaire et favorables a ce projet.

 7) Pas d'exception. La grande majorité s'oppose a ce que les hôpitaux ou municipalités puissent se soustraire à la réglementation.

8) Contre toute logique.Cinquante-quatre pour cent souhaitent maintenir Ie crucifix a l’Assemblée nationale même si cela défie toute logique. Nous ne sommes pas a une contradiction prés.

9) Des medias partisans. Contrairement <a ce que laissent croire les grands medias canadiens, le tiers des Canadiens des autres provinces sont favorables au projet de charte québécoise. Ce taux serait encore plus élève si une charte similaire était proposée dans leur propre province.

10) La CAQ marginalisée dans ce débat. La moitie des caquistes appuient la charte et  l'autre moitie la rejettent. Au fmal, la CAQ n'attire plus que 18 % des électeurs et 19 % des francophones. Si la tendance se maintient, nous assisterons de nouveau à une lutte à deux entre Ie PQ et Ie PLQ à la prochaine élection. Le Québec était divise sur la place de la religion dans les années 60, divise entre souverainistes et fédéralistes dans les années 80 et divise entre la droite et la gauche dans les années 2000.Le cycle recommence. Back to the future!

(2) Crop (Le Soleil La Presse) -18 septembre 2013 p.4   29

La Charte

 

Favorable

Défavorable

 

42%

45%

 

Visage à découvert

Devoir de neutralité religieuse

Encadrement des

accommodements

Séparation Église État

Interdiction

port  des

signes

Droit de retrait aux municipalités

81%

71%

63%

54%

42%

40%

               

 

Catholiques pure laine

29%

Laïcs fermés

21%

Croyants tolérants

29%

Laïcs ouverts

21%

Favorables à la charte

Favorables à la charte

Défavorable à la charte

Défavorable à  la charte

50% des favorables

80%

77%

81%

Les catholiques pure laine et laïcs fermés sont francophones à 90% et se définissent d’abord comme Québécois- Les laïcs ouverts et les croyants tolérants sont francophones respectivement à 61% et à 69% et se disent d’abord canadiens à 57%.  

 

6 Conclusion

 

1-       Sans minimiser les difficultés que l’application de cette charte va soulever dans certains établissements publics  anglophones,  ou qui sont fréquentés par plusieurs personnes de confession  juive ou musulmane nous croyons que les propositions de cette charte devraient avoir pour effet de favoriser l’inclusion des divers communautés dans la trame de la société québécoise. Celle-ci a déjà démontré son ouverture aux nouveaux venus depuis des décennies  et elle témoigne, encore une fois, de cette caractéristique en neutralisant, en quelque sorte, les signes religieux de la religion majoritaire.

2-        Nous ne pouvons pas souscrire à l’argumentation  qui veut  que le port de signes religieux ne soit pas une forme très efficace de prosélytisme religieux mais une espèce d’équivalent a un tatouage, comme l’affirmé un savant juriste cité plus haut.  Cette vision des choses est à la fois passablement insultante pour les croyants lorsqu’on l’assimile aux tatouages que portent, par exemple, les Hell’s Angels et divers groupes marginaux. Un fonctionnaire qui porterait un  tel tatouage attirerait rapidement une enquête policière portant sur son intégrité, ce qui est une toute autre question. L’interdiction  faite aux employés de l’État de porter des signes religieux  exige de certains d’entre  eux un important sacrifice mais qui doit être consenti dans le but de maintenir l’harmonie dans la collectivité, une qualité de vie  à laquelle chacun est appelé à contribuer. Tous savent bien que la rivalité, pour ne pas dire la guerre, entre religions est  essentiellement provoquée et  avivée par le prosélytisme  des uns et des autres.

3-         Il faut faire preuve d’une grande naïveté pour penser  que certaines religions se satisfont du port de signes ostentatoires. Ceux-ci renforcent et conduisent à des revendications plus poussées. Durant les années  2006 et 2007 on a pu recenser,  au Québec, divers accommodements qui avaient été consentis à la demande de certains groupes religieux (observance des rites halal et kasher dans des charcuteries, dans des établissements publics  – inscription  du sigle (K) sur une marque de biscuits) que l’on appliquait ensuite à l’ensemble des citoyens et qui vont bien au-delà des signes religieux mais s’appuient sur eux au départ.   

4-      Au lieu de voir dans les divergences de vues manifestées par la population à l’égard de la Charte des valeurs une grave division de la population, nous préférons voir  le fonctionnement d’une saine démocratie. Il n’en demeure pas moins désirable qu’à la fin de la période des débats  un consensus se dégage en faveur  des prescriptions  de cette charte, en particulier, en ce qui a trait à l’interdiction du port des signes religieux dans les services administratifs de l’État. 

5.   Nous avons développé une assez grande allergie envers ceux qui, comme Benoît Aubin et le ROC, tirent un malin plaisir à  traiter les Québécois  de xénophobes et d’intolérants envers les immigrants. Notre société n’aurait pas survécu durant 400 ans sur la base de telles attitudes de la part de sa population majoritaire. Ils nous rappellent cette politique libérale idiote sur l’immigration de 2006 qui était fondée sur la lutte au racisme. Ces personnes  sont toujours prêtes à vilipender  les Québécois mais ne considèrent jamais les obligations que doivent assumer ceux qui sont venus ici parce qu’ils  voulaient améliorer leur sort.  Pourquoi faut-il que le proverbe «A Rome …» ne s’applique pas ici mais partout ailleurs dans le monde ? Ils n’ont pas besoin d’aller à l’école mais seulement  de s’informer de la situation  qui prévaut dans tous les pays qui accueillent une forte immigration.     Ils pourraient lire avec avantage l’ouvrage de Thilo Sarrazin ,«L’Allemagne disparaît», et prendre la mesure de leur propre inconscience  ou encore l’entrevue avec Malek Chebel publiée dans le  Journal de Québec en novembre 2013 30  dans laquelle il dit, entre autres choses: «Si vous acceptez la burqa et le voile dans la fonction publique, d’autres pratiques vont s’imposer comme les prescriptions hala let les minarets».(…) «Les fondamentalistes détruisent l’islam (…) «N’oubliez pas que la plupart des imams sont autoproclamés. Ils ne sont pas théologiens mais plutôt des idéologues ».(…) Mon combat à moi c’est un combat pour la raison, pour un islam de la modernité ».         

      6-    Bien entendu, il reste à prendre connaissance du projet de loi 60 qui va donner l’assise légale nécessaire à cette charte.  Ce que nous ferons dans un autre document.    Mais juste avant d’en prendre connaissance le lecteur aurait avantage à visionner cette contribution d’un algérien à notre débat, http://www.youtube.com/watch?v=eNB7A5dFK4s  

00000

7-Addendum

Nous n'avons pas eu à examiner le PL 60 pour la simple raison que la Première ministre Marois s'est crue très finaude en déclenchant des élections en invoquant la nécessité d'avoir un gouvernement majoritaire  pour faire adopter sa Charte et contrer l'opposition systémique de Philippe Couillard, chef du Parti Libéral du Québec. Mal lui en pris car elle a subi une humiliante défaite le 7 avril 2014, le PLQ remportant 70 sièges (41,52%),PQ 30 sièges (25,3%), CAQ  22 sièges (23,5%) QS 3 sièges (7,63%)- 15 autres partis ont obtenu moins de 1% des suffrages.

  La décision  de la Première ministre était d'autant plus mal avisée qu'elle avait obtenu l'appui de la CAQ à une version légèrement modifiée de la Charte et qui aurait rendu absurde l'opposition du PLQ. «À vouloir trop embrasser mal étreint»    

 

___

(1) «L’égalité (femme-homme) avant la religion»  La Gazette des femmes avant  la Bible, le Coran et  la Thora   (Septembre 2007)    «Le Conseil du statut de la femme vient de décréter que la liberté de la religion doit être limitée par le droit à l’égalité entre les hommes et les femmes. «Le CSF demande d’amender la Charte québécoise des droits  et libertés afin d’y  inclure une disposition  qui stipulerait que l’égalité entre les hommes et les femmes ne peut être compromise par la liberté de religion ».Christiane Pelchat, la nouvelle présidente, pure et dure, du CSF précise que cette égalité «est tellement fondamentale qu’elle ne pourrait même pas être mise entre parenthèse par la clause dérogatoire» 

Voir aussi Nathalie Elgrably-Levy «La nationalisation des valeurs »Le J.de Q.5 sept. 2013 p.17

(2)http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2013/09/14/001-manifestation-charte-valeurs-montreal.shtml

 Cyberpresse.ca/article/20070920/ Denis Lessard :«L’égalité des sexes prime la liberté de religion 

(3) «La charia (littéralement « la voie ») est la loi islamique codifiant l’ensemble des droits et des devoirs tant individuels que collectifs des musulmans. Elle dicte le statut personnel et familial, le droit pénal et public. Pour faire plus clair : la charia, c’est la constitution de l’Islam. Elle codifie la vie de tous les jours.(…) La charia est basée sur la Sunna (le livre qui reprend les dires du prophète Mohammed). Mais celle-ci n’est pas un ensemble de règles figées. Il n’existe pas un « guide » de la charia qui édicte des règles noir sur blanc. D’où des interprétations très différentes entre les différents pays musulmans (…) En revanche, les règles en terme de mariage sont strictement édictées. L’islam autorise la polygamie et admet trois modes de rupture d’un mariage : l’annulation prononcée par le cadi (magistrat musulman), le divorce par consentement mutuel et la répudiation unilatérale (talaq) par le mari ou la femme si une demande en ce sens de sa part est inscrite dans le contrat de mariage. Le droit de divorcer revient d’abord à l’homme. Un divorce civil n’est ainsi automatiquement validé que si l’homme a donné son consentement»

http://www.jactiv.ouest-france.fr/actualites/zoom-sur/lactu-jour/charia-c-est-quoi-1190

(4)http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/09/22/manifestation-en-faveur-de-la-charte-des-valeurs-dimanche-a-montreal_n_3970975.html   

(5))http://fr.wikipedia.org/wiki/Pros%C3%A9lytisme

(6) http://www.casafree.com/modules/newbb/viewtopic.php?topic_id=763

http://www.coranix.org/biblio/voile_sirat.htm

(7) (http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/national/archives/2013/11/20131114-142354.html

(8) http://www.blocquebecois.org/horizon2015/textes.php?t=8457

(9) http://fr-ca.actualites.yahoo.com/charte-bernard-landry-se-mouille-182859468.html

(10)http://www.journaldequebec.com/2013/11/16/la-charte-continue-de-diviser-les-feministes

(11)http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201309/15/01-4689592-charte-il-faudra-me-passer-sur-le-corps-dit-couillard.php

(12)http://www.quebecsolidaire.net/charte-des-valeurs-quebecoises-une-reforme-necessaire-mais-inegalitaire/

(13)http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2013/10/03/001-jacques-parizeau-charte-des-valeurs.shtml#!

(14) http://www.ledevoir.com/politique/quebec/389176/parizeau-a-parle

(15)http://www.ledevoir.com/politique/quebec/389180/charte-lucien-bouchard-suit-jacques-parizeau

 (16)http://actualites.ca.msn.com/grands-titres/duceppe-juge-trop-restrictive%c2%a0la-charte-de-la-la%c3%afcit%c3%a9

(17)Journal de Québec 14 nov. p.11«Les libéraux dénoncent le projet de charte en invoquant la tyrannie nazie     http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/11/13/jean-marc-fournier-se-defend-lien-entre-charte-et-nazisme_n_4268509.html De plus, la députée libérale Rita de Santis s'est présentée à l'Assemblée nationale avec une croix de grande dimension dans le cou

(18)http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2013/09/10/005-marcel-cote-charte-valeurs-femmes-reactions.shtml#!

(19)http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2013/08/28/003-trudeau-parlement-prorogation.shtml

(20)http://www.lapresse.ca/actualites/politique/201308/26/01-4683232-charte-des-valeurs-quebecoises-mulcair-pret-a-affronter-marois.php

(21)http://www.lapresse.ca/actualites/politique/201308/26/01-4683232-charte-des-valeurs-quebecoises-mulcair-pret-a-affronter-marois.php

(22)http://www.newswire.ca/fr/story/1222435/charte-des-valeurs-quebecoises-premiere-reaction-de-la-ffq

(23 )«Le droit-de-l'hommisme est une expression péjorative désignant de manière polémique ce qui est perçu comme une attitude bien-pensante invoquant la défense des droits de l'homme et, plus généralement, une attitude purement déclamatoire ou excessivement tolérante. L'ancien ministre français des Affaires étrangères Hubert Védrine a déclaré en mai 2007 que « le droit de l’hommisme est une posture de repli

http://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_de_l%27hommisme

(24)http://www.ecdq.tv/fr/videos/c902b497eb972281fb5b4e206db38ee6

(25) voir note 3

(26) http://www.vigile.net/Dix-neuf-psy-de-Mc-Gill-crachent

(27) J.de Q. 16 sept. p.2 et 3

(28) J.der Q.  17 septembre p.15

(29)  Le Soleil  18 sept. 2013  p.4