Au revoir là-haut                                          Pierre Lemaître                                                                   

                                     Collaboration  A. Nantel

 

HOMME

D'AUJOURD'HUI

accueil

 

 

 

On ne peut passer sous silence ce roman de Pierre Lemaitre, même si le sujet est pour le moins bouleversant. La lecture de ce livre nous amène au-delà d’un certain réel, dans un monde d’une cruauté effarante et sans pardon. Et pourtant ce n’est pas de la fiction, cet univers a existé et il existe encore. 

Disons au départ que l’écriture est de haute qualité, limpide, moderne, vivante et enrichie de brillantes allégories. Grâce à ce style, aux intrigues et aux épisodes qui se bousculent, l’auteur réussit à tenir ses lecteurs en haleine pendant plus de 500 pages.  

En deux mots, il s’agit d’une guerre effroyable, celle de 1914-1918. Dès les premiers chapitres, on y rencontre deux jeunes soldats et un officier français sur le champ de bataille, frôlant la mort lors d’un dernier assaut. Ici, la description est sans aucune réserve, à peine supportable. Elle permet toutefois de réaliser le sort lugubre des fantassins lors d’un affrontement militaire. Et c’est précisément cette atmosphère qui permet de mieux comprendre comment subsistent ceux qui en sortent vivants, blessés au corps et à l’âme. Les deux soldats sont rejetés par leurs familles, leurs amis et par la société en général. L’un étant complètement défiguré fuit tous les regards et l’autre, sauvé d’une mort certaine par le premier, en prend bien soin . Deux frères d’armes. Et l’on suit leur vie quotidienne d’après-guerre avec leurs déboires et leurs bonnes fortunes. Cette histoire palpitante va d’un rebondissement à un autre, souvent imprévisible et même amusant parfois, ce qui en fait un roman de première qualité. 

À la lecture de ce livre, deux réflexions s’imposent . La première porte sur le sort impitoyable trop souvent réservé à ceux qui ont survécu. Toutes les guerres ont leur lot. Encore de nos jours, on estime aux ÉU que vingt vétérans se suicident par jour. On célèbre la victoire et l’on honore les morts, mais la mémoire collective oublie les survivants. Voilà le triste sort des vainqueurs. Et les vaincus s’empressent de tout oublier, sauf la vengeance. La deuxième impression nous permet de mieux comprendre dans quel état d’âme le peuple français a perçu une deuxième guerre, à peine 25 ans après celle qui fut une tragédie profonde pour tout le pays. C’était trop. Enfin, cela me permet aussi de mieux comprendre pourquoi mon père n' a jamais voulu parler ou entendre parler de cette guerre, ayant lui-même participé comme jeune officier à plusieurs batailles, dont celle de Vimy.

Ce roman s’est mérité le prix Goncourt 2013 à la veille du centième anniversaire de cette première guerre mondiale. Il devrait provoquer une profonde réflexion sur la guerre et tous ses dommages collatéraux... comme on se plait à dire pour encore mieux masquer la réalité, cette réalité que peu de gens peuvent supporter. 

 

Au revoir là-haut,

Pierre Lemaitre,

Éditions Albin Michel, 2013,

567 pages.