UCL-31 Un siècle d’histoire de chasse et de pêche au Québec.  Sylvain Gingras,

 

 

 

Homme d'aujourd'hui

 

Accueil

 

 

 

 

 Comment classer ce livre ? Un roman, non, mais on y trouve plusieurs aventures captivantes.  Un livre d’histoire, vraiment pas, mais un compte rendu de l’occupation du territoire du Québec qui a laissé sa marque.

Un ouvrage de poésie, non plus, mais la beauté des lacs, des rivières et des forêts du

Québec colore tout le récit. Alors de quoi s’agit-il ? Pour tous ceux qui aiment la pêche et la chasse, ce sera un régal et pour les autres une belle découverte.

En 351 pages, accompagnées de plus de 400 photos, Sylvain Cloutier dresse un magnifique tableau des grands clubs de chasse et pêche du Québec. Pendant plus de cent ans, ces clubs ont occupé une grande partie du domaine faunique de la province. 

Pour bien comprendre l’essor des clubs de chasse et pêche au Québec, deux faits marquants doivent être retenus. En 1880, la Cour Suprême reconnaissait aux provinces la juridiction sur la faune et de la flore, à l’exception des cours d’eau navigables. Par mesure de protection de la faune sauvage et surtout aquatique, le gouvernement du Québec décidait d’accorder des droits exclusifs de chasse et de pêche sur des territoires de 100 milles carrés en moyenne. Pour ce qui est du deuxième évènement, il s’agit de la construction de deux chemins de fer : le trajet de Mont-Joli à Moncton et le trajet de Québec au lac St.-Jean. La porte s’ouvrait donc à d’immenses territoires sauvages jusqu’alors inaccessibles. Ce fut alors la ruée vers les richesses surtout halieutiques du Québec. De 1885 à 1899, plus d’une centaine de clubs voyaient le jour.

Le premier à s’offrir l’exclusivité d’un grand territoire ne fut nul autre que le président du Canadien Pacifique, George Stephen. Son club, le Matapédia River, devient rapidement la référence pour la pêche au saumon. La réputation des rivières de cette région franchit rapidement les frontières et en peu de temps l’élite la plus fortunée des E.-U. adhère aux clubs Restigouche, Grand Cascapédia ou du Matamajaw Salmon. Des prises de 50 livres et plus sont alors enregistrées et la nouvelle fait le tour de l’Amérique consacrant ces clubs. C’est cette saga que l’auteur raconte en détail.

Le récit se poursuit sur la rive nord du St.-Laurent. Les plus grandes rivières à saumon attirent de nombreux pêcheurs sportifs qui s’empressent de créer leurs clubs. Une attention spéciale est portée à la rivière Moisie qui demeure encore de nos jours e une des plus réputées au monde. Les clubs sur les rivières Ste-Marguerite, St-Jean près de Mingan, l’Anse St.-Jean au Saguenay sont également passés en revue, sans oublier la rivière Jupiter de l’ile d’Anticosti.

L’arrivée du chemin de fer entre Québec et le lac St.-Jean en 1888 donne accès à un tout autre territoire encore plus vaste et d’une grande beauté. Des truites mouchetées de 4 à 8 livres séduisent encore une fois la clientèle internationale. Le prestigieux club Triton brille à lui seul au firmament des hauts lieux de pêche sportive en Amérique. Toujours dans la même région, le récit se poursuit en évoquant entre autres le club Tourilli fréquenté par Theodore Roosevelt, le Stadacona et le Jacques Cartier.

En s’éloignant de cette région, plusieurs autres clubs sont catalogués notamment le Laurentian Club fréquenté par la famille Kennedy, le St-Bernard et le Mastigouche club. L’histoire se continue avec le fameux Seigniory Club, le Winchester Club, le St Maurice Club (club Wayagamack) parmi plusieurs. Le club Chapleau devient l’enfant chéri des Montréalais. Un tel livre ne saurait se terminer sans la légende de nul autre que l’ile d’Anticosti.

Sylvain Cloutier anime son texte d’une foule de détails bien documentés, comme les noms et emplois des principaux membres des clubs, des gardiens, des guides jusqu’aux cuisiniers ou encore la confection et le nom des mouches artificielles. Des anecdotes irrésistibles, des histoires de pêche incroyables, des visites prestigieuses rendent la lecture divertissante. Sans compter les extraits de revues d’époque, les notes personnelles, les registres et les mémoires cités, tous ces documents font revivre une belle époque révolue que l’auteur a su décrire de main de maitre.

 

Un siècle d’histoire de chasse et de pêche.

Sylvain Gingras,

351 pages,

Les éditions Rapide-Blanc, St.-Raymond, Québec.

ISBN : 2-9801408-2-1

 A century of sport.

Hunting and fishing in Québec