UCL -33 «Sailing alone around the World.»

                 par Joshua Slocum

                                        Collaboration  A. Nantel

 

 HOMME

D'AUJOURD'HUI

accueil

 

Qui suis-je? Un vieux loup de mer qui a bourlingué sur tous les océans du m onde ;un marin reconnu  mondialement pour son rapport raconté dans un  livre devenu un  best-seller ;un homme d'une cinquantaine d'années au langage précis, sobre et souvent imagé un Canadien

 d’origine. Pour ceux qui ont donné leur langue au chat, ils auront le plaisir de découvrir un homme unique en son genre et de savourer son odyssée en lisant son incomparable livre « Sailing Alone around the World ».Pour les autres, ils ont probablement reconnu le capitaine au long cours Joshua Slocum. 

Le capitaine Slocum, un fabuleux marin dans la cinquantaine, décide d’appareiller en avril 1895 pour prouver à ses amis qu’un homme seul à bord d’un voilier pouvait faire le tour de la terre. 46 000 miles plus loin et un peu plus de trois ans, la preuve était faite : l’intrépide capitaine Slocum entrait au port de Newport, Rhode Island. Il avait réussi une prouesse légendaire, seul, sur un sloop de 34 pieds baptisé du nom de « Spray «

Dans un style narratif, il décrit étape par étape les épisodes parfois périlleux de sa circumnavigation qui font de ce livre un captivant récit d’aventures hors du commun. Que dire de cet assaut sournois donné par des pirates maures non loin de Gibraltar qui le force à changer de cap et de s’orienter plutôt vers le cap Horn. Ou encore, son truc pour déjouer une attaque nocturne de sauvages agressifs dans le détroit de Magellan en répandant tout simplement des braquettes sur le pont... et ça a marché. La submersion de son bateau par une vague géante qui lui rappelle les dangers de la mer et surtout qu’il ne sait pas nager. Mais aussi, sa rencontre avec de joyeuses jeunes filles en Australie qu’il amène faire un tour au large, sans en dire plus. Et sur une note plus drôle, son entretien avec le président du Transvaal qui croit dur comme fer que la terre est plate, donc que son aventure est une invention disgracieuse. Par contre, la lecture de ce livre offre aussi des observations et des commentaires qui ont souvent une portée poétique, philosophique ou tout simplement romanesque.

Il faut se rappeler que les communications internationales par câble sous-marin prenaient à cette époque de plus en plus de l’importance, permettant ainsi à la presse américaine de suivre de port en port le périple mémorable  de Slocum jusqu’à en faire un héros national. Son exemple incita d’innombrables navigateurs à partir au fil des océans pour découvrir la magie et le bonheur de la navigation à long cours. Son livre publié en 1900 devint rapidement un best-seller et reste encore de nos jours un classique dans le domaine. L’âge d’or de la voile et de la navigation océanique en solitaire venait de commencer.

 

Sailing alone around the world.

Captain Joshua Slocum,

Dover publication, inc., New York.

294 pages