VCFF-14 Les crimes d’honneur; une députée québécoise avance un chiffre

mais refuse d’en débattre   

 

HOMME

D'AUJOURD'HUI

accueil

 

 

La députée  Carole Poirier a déclaré récemment à l’Assemblée nationale qu’il y a environ 5 000 femmes victimes de crimes d’honneur dans le monde. Gilbert Claes lui a demandé où elle avait pris cette information, il s’en est suivi un échange de courriels reproduits ci-dessous.

                                  

1-  De : gilbert, 2012,02-23  À : Poirier, Carole Objet : Re intervention en Chambre

Mme Poirier,

Aujourd’hui lors des travaux parlementaires lors de votre intervention sur «l’affaire Safia» vous mentionniez :

«]…]la violence faite contre les femmes est inadmissible. Ça doit être tolérance zéro, au Québec, dans les cas de violence familiale. Et, moi, je réclame du gouvernement des actions concrètes. Je réclame des actions pour faire en sorte que nos femmes et nos filles soient protégées. On nous dit que l'ONU a chiffré environ 5 000 cas de femmes qui ont été victimes de crimes d'honneur dans le monde. Et, à mon avis, c'est inadmissible, Mme la Présidente. Mais le crime d'honneur est odieux parce que le crime d'honneur est, selon... je vais vous donner la définition de Human Rights Watch. Il définit comme des actes de violence le plus souvent des meurtres commis par des membres masculins d'une famille à l'encontre des membres féminins et qu'ils sont perçus comme cause de déshonneur pour la famille tout entière.»

Après une visite sur le site des Nations-Unies, je ne trouve aucune étude, statistique ou données fiables sur le nombre de 5 000 cas de crime d’honneur.

J’apprécierai obtenir vos sources, et si possible, le nombre réel de meurtres perpétués par un membre masculin dans un contexte de «crime d’honneur».

Merci. Gilbert Claes Québec

 

2- De : Poirier, Carole 2012-02-23  À : 'gilbert.claes

Cc : Hunter, Nancy

Objet : Re: Re intervention en Chambre

Monsieur,

J'ai tiré l'information du livre récent de Louise Mailloux sur la laïcité. Je vais vérifier sa source et vous la transmettre.

 Au plaisir, Carole Poirier. Députée D'Hochelaga-Maisonneuve Porte-parole pour les aînés et la laïcité

 

3- De : Poirier, Carole   2012-02-29 À : gilbert
Objet :Re intervention en Chambre

Bonjour,

Voici la source que me transmets Louise Mailloux. Voici le lien sur le site de l'ONU.

http://www.un.org/fr/women/endviolence/situation.shtml

Cette statistique est reprise également dans un article de Patrick Lagacé, Des meurtres banalisés, publié le 24 juillet 2009 de même que dans celui de Richard Martineau, Crimes «d'honneur», publié le 24 juillet.

Bonne journée,

Carole Poirier, Députée d'Hochelaga-Maisonneuve, Porte-parole pour les aînés et la laïcité

 

4--De :gilbert :  2012-02-29 À : Poirier, Carole
Cc : martineau@journalmtl.com; francstireurs@telequebec.tv
Objet : RE: Re intervention en Chambre

Mme Poirier,

À propos de la violence envers les femmes, le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) mentionne :

«Dans le monde entier, il se peut que non moins de 5 000 femmes et jeunes filles soient chaque année victimes de prétendus crimes "d’honneur", beaucoup d’entre elles pour le "déshonneur" d’avoir été violées; l’auteur de ce crime est souvent un membre de leur famille étendue

« Les prétendus crimes "d’honneur" coûtent la vie à des milliers de jeunes femmes chaque année, surtout en Asie occidentale, en Afrique du Nord et dans certaines parties de l’Asie. Au moins 1 000 femmes ont été assassinées au Pakistan en 1999

 Toutes les données sont tirées du rapport de  Mme Asma Jahangir,  Rapporteur des Nations Unies,: E/CN.4/2000/3 25 January 2000 : (paragraphe C).

 «Toutefois, comme le souligne Mme Asma Jahangir18, il est pratiquement impossible d’évaluer avec précision le nombre de crimes dits «d’honneur». Le sentiment de honte et des menaces au sein de la communauté (en connexion avec le fait que certaines victimes de violence domestique ne parlent pas car elles n’ont pas nécessairement conscience qu’un crime a été commis) et le fait qu’elles sont émotionnellement et économiquement dépendantes de l’agresseur leur donnent une fausse perception car elles pensent «mériter» la punition si bien que les témoins ne se manifestent guère et que les décès sont généralement classés parmi les accidents ou les suicides.»

En conclusion :

Selon mes recherches, il existe aucune source fiable sur le nombre de 5 000 cas de meurtres dit d’honneur. Il est probable que ce soit 500 ou 50 000 ou bien quelques millions

Il est malheureux de constater qu'une députée cite, durant les travaux parlementaires, des données sur la simple base d’un texte d’une personne se définissant comme féministe, sans en vérifier la source et l’origine. Induire la population en erreur pour faire passer un certain message, ne peut que réduire la crédibilité de la population envers son élue.  Gilbert Claes

 

5- De : Poirier, Carole  Envoyé : 2012 -02-29 À : 'gilbert', 
Objet : RE : intervention en Chambre

Monsieur,

Sans vouloir faire un débat, lorsque Le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) «estime que jusqu'à 5000 femmes sont victimes de « crimes d'horreurs » chaque année.», je vais les croire.

 La violence faite aux femmes est inadmissible. Si vous cautionnez de tels actes en voulant faire un débat de chiffres, je n'en suis pas.

Carole Poirier, Députée d'Hochelaga-Maisonneuve,Porte-parole de l'Opposition officielle pour les aînés et la laïcité

 

6- De : gilbert  à Poirier 2012-02-29     

Madame,

J’estime à chaque année vous induisez la population dans l’erreur!

Et vous supposez que je cautionne la violence envers les femmes!

Bien à vous. Gilbert Claes

 

NDLR

Il est assez typique des adeptes du mouvement féministe d’avancer des chiffres mais de ne jamais vouloir en discuter avec ceux qui les remettent en cause. Roch Côté, il y a plusieurs années déjà, avait  osé  contester les chiffres produits par ce mouvement sur la violence conjugale (Le Journal d’un Salaud). Mais dans cette société de roses-bonbon c’est lui qui a été marginalisé.

                                                           000000

Gilbert Claes  invite le lecteur qui voudrait approfondir la question à consulter les sources suivantes qui lui paraissent plus crédibles

Le Rapport de  la Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada le 24 janvier 2007 ref. PAK101175.EF: (Human Rights Commission of Pakistan - HRCP) (HRCP févr. 2006, 185). « Selon une déclaration ministérielle de 2004 au Sénat du Pakistan, 4 000 personnes, hommes et femmes, ont été victimes de crimes d'honneur au cours des six années précédant 2004»

Le Rapport d’Amnesty International ASA 33/024/02 daté d’octobre 2002 : Pakistan, Le système de justice tribal explique en détail la justice tribale de jirga, faislo, ou panchayat dans la province du Pendjab. La lecture des cas cités, vous éclairera sur la justice tribale : la valeur d’une femme est plus élevée que celui d’un homme : «Les versements de dommages et intérêts se sont normalisés au fil du temps, avec quelques variations au niveau local : pour le meurtre d'un homme, 200 000 roupies ; pour le meurtre d'une femme 400 000 roupies»P.12 Source :http://www.amnesty. org/en/library/asset/ ASA33/024/2002/en/392cf02e-d812-11dd-9df8-936c90684588/asa330242002fr.pdf

Marie-Pierre Robert, «Les crimes d’honneur ou le déshonneur du crime : étude des cas canadiens» Au Canada «les crimes d'honneur ont fait au moins 13 victimes depuis 1999»-(2011) 16 Revue canadienne de droit pénal 49-87